Parce que l’Éducation « le vaut bien » , la mobilisation s’impose !

jeudi 11 mars 2010

CSEN du 11 Mars 2010
Déclaration de la Fédération SUD Éducation.
Parce que l’Éducation « le vaut bien », la mobilisation s’impose !

M. le Ministre,

Vous avez fait le choix de présenter à ce CSE de nombreux textes qui relèvent de la
mise en place du bac professionnel. Vous proposez notamment que la plupart des
épreuves soient évaluées en contrôle en cours de formation. La définition des épreuves
comme l’évaluation est largement renvoyée au cadre local avec pour conséquence la
transformation de diplômes nationaux par des diplômes maisons dont la valeur variera
selon les établissements. Cela renforce bien sur notre opposition à la mise en place du
bac pro 3ans qui vise à supprimer des postes tout en privant d’une année d’étude les
élèves les plus fragiles de la voie professionnelle.
Nous attendions, comme le ministre nous l’avait annoncé lors de sa présentation de la
reforme de la voie générale au CSE du 10 /12, la reforme de la voie technologique du
lycée pour ce CSE. Nous comprenons votre volonté de repousser cette annonce alors
que vos réformes en Lycées professionnels et maintenant en lycée général sont de plus
en plus contestées par les personnels. Dans le même temps, le scandale de la soidisant
reforme de la formation des enseignants, dite mastérisation est mieux compris
par les personnels au-delà de ceux du supérieur largement mobilisés contre elle l’an
passé. Il révolte tous les jours davantage souvent au-delà des seuls personnels de
l’éducation lorsqu’on comprend que des stagiaires voire des étudiants en Master sans
formation devraient être en charge de classe à temps plein dès la rentrée 2010. Ultime
provocation contre les enseignants, les élèves et leurs parents, vous annoncez il y a
quelques jours votre intention de recruter de jeunes retraités, des étudiants en cours de
formation sur des CDD de 4 semaines pour assurer les missions des titulaires
remplaçants alors que vous supprimez ou dénaturez ces postes dans le 1er et le
second degré.
Dans toutes ces mesures il y a au moins une cohérence, celle d’arriver par tous les
moyens à la suppression de 80 000 postes dans l’éducation d’ici 2012. Et cela quitte à
dégrader comme jamais les conditions de travail des personnels techniques et
administratifs, des personnels de la Vie Scolaire, des enseignants et des élèves comme
le montrent la baisse du niveau d’encadrement des élèves, les carences du
remplacement faute de recrutements statutaires suffisants, un niveau de précarité
toujours plus élevé chez tous les personnels.
Mais il y a une autre cohérence qui apparaît de plus en plus aux observateurs : la
réduction de la qualité des enseignements et de l’aide réelle aux élèves. Et cela de
l’école primaire, avec la destruction des RASED, à la Seconde du fait de l’arnaque d’un
accompagnement personnalisé au mieux en demi groupe, en passant par le
saupoudrage des enseignements d’exploration. Lorsque l’on met cela en parallèle avec
la réforme de l’Université en cours, la sélection des élèves par le patronat du fait du
développement de l’apprentissage et votre volonté de liquider le service public
d’orientation, il y a bien sûr de graves inquiétudes à avoir concernant un enseignement
public de qualité débouchant sur un enseignement supérieur ouvert à tous sans
sélection.
Il y a là les principaux motifs expliquant notre appel à la grève le vendredi 12 mars
avec une intersyndicale du second degré qui représente une majorité de
personnels.
Il y a là aussi les raisons qui nous poussent à appeler tous les personnels à la grève
de la maternelle à l’université.
Il y a là assez de motifs pour appeler à mettre la reconduction de la grève en débat
parmi les personnels.
La Fédération SUD Éducation renouvelle son soutien aux mobilisations et aux grèves
qui se déroulent depuis février dans les académies de Rennes, de Créteil, en région
parisienne mais aussi dans les académies d’Aix-Marseille, de Nice, de Lille, d’Amiens...
Nous appelons tous les personnels de la maternelle à l’université à amplifier l’action ou
à rejoindre à partir de demain le mouvement qui se développe.
Parce que la défense et l’amélioration d’un service public d’enseignement de qualité « le
vaut bien », nous sommes avec de nombreux personnels prêts à un mouvement de
grève d’ampleur pour que cesse votre politique destructrice.

St Denis le 10 mars 2010



Navigation

Brèves de la rubrique