Appel des universités

samedi 8 septembre 2012

Initiée par 66 personnels syndiqués et non-syndiqués de différentes universités, soutenue par la Fédération Sud Éducation, la Coordination Nationale des Établissements Scientifiques et Universitaires (CNESU) a lancé un appel aux organisations syndicales, sociétés savantes, associations professionnelles, collectifs militants de la communauté universitaire avec l’objectif affiché :

« Ne pas trahir 2009 : libérer l’université, reconstruire un service public universitaire pour tous ! ».

Elle est soutenue par l’Union nationale des syndicats FERC Sup CGT, la Fédération des syndicats Sud Éducation, la Fédération des syndicats Sud Étudiant et la Fédération Syndicale Étudiante.

Elle s’est réunie le 21 mai et le 25 juin derniers. Elle était ouverte et est ouverte à tous les collègues qui souhaitent y participer (étudiants, Biatoss, ITA, enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs). L’objectif de ces rencontres a pour but de réunir les plates-formes revendicatives élaborées localement, d’en faire la synthèse sous forme de motions et ainsi de faire entendre la voix des libertés universitaires, de l’indépendance des personnels de la Fonction publique et de l’égalité d’accès au service public d’enseignement supérieur et de recherche pour tous les citoyens quelle que soit leur origine sociale et géographique.

Dans le cadre de sa plate-forme de revendications la CNESU exige :
- l’arrêt immédiat des expulsions d’étudiants étrangers ;
- l’abrogation de la Loi LRU et, en urgence et en préalable, la suppression de toutes les procédures d’évaluation individuelle systématique et récurrente en cours ou en préparation, pour tous les personnels, BIATOSS comme enseignants-chercheurs ;
- l’abrogation de la réforme des concours d’enseignement dite « mastérisation » et, en urgence et en préalable : la mise en place dès la rentrée scolaire 2012 d’une véritable année de stage pour les lauréats des concours d’enseignement 2011-2012 avec allègement d’au moins 50 % du service d’enseignement ;
- la dissolution de l’AERES et de l’ANR, et, en urgence et en préalable : la réaffectation des budgets prévus pour ces deux organismes au financement courant de la recherche ; l’arrêt des IDEX ;
- en urgence et en préalable, le plafonnement des frais d’inscription à l’université ; des engagements clairs et précis pour un plan de création d’emplois statutaires de BIATOSS et d’enseignants-chercheurs à l’université ; un programme de titularisation des personnels précaires et, dans cette attente, la prorogation de tous les contrats existants.

La CNESU se réunira le samedi 29 septembre 2012 pour apprécier les réponses qui auront été apportées à ces revendications et envisager la suite du mouvement.

Sud éducation Loiret