CSE du 19/09/2013 - Explications de vote sur : le conseil d’école ; les allègements en HG ; les épreuves de LV en TL

Conseil Supérieur de l’Éducation - Séance du 19 septembre 2013
vendredi 20 septembre 2013

Déclaration sur le projet de décret modifiant la composition et les  attributions du conseil d’école

Nous notons de façon positive l’évolution du texte. De toute évidence, l’opposition des personnels à la territorialisation de l’éducation a amené le ministère à renoncer à augmenter la place des collectivités territoriales dans les conseils d’école, ce dont nous prenons acte. Il reste maintenant au ministère à revenir sur le décret relatif aux rythmes scolaires, dont la mise en œuvre très partielle en cette rentrée confirme les critiques et les oppositions qu’il a suscitées et qu’il continue de susciter. Je vous renvoie à cet égard à la lettre ouverte que nos camarades de SUD éducation Paris vous adressent, en quelque sorte sous couvert du maire de Paris !

Est-ce cette raison qui explique la précipitation qui caractérise cette modification, avec un texte présenté après la rentrée pour une mise en place le 15 octobre, en cours d’année ? Cela va provoquer du travail supplémentaire d’assimilation d’une nouvelle réglementation et de mise en œuvre pour les directeurs et directrices d’école.

Ce projet de Décret prend acte de la création du conseil école-collège, un conseil piloté par la hiérarchie, sans temps de concertation prévu, qui renforce la territorialisation de l’éducation, qui est construit de manière peu démocratique et qui s’inscrit dans le déploiement progressif du projet de l’école du socle. Nous nous interrogeons enfin sur les relations entre le conseil d’école et le conseil école-collège : le conseil d’école « donne son accord » … « sur le programme d’actions établi par le conseil école-collège ». Peut-il exprimer son désaccord ? Quels seraient les effets de ce désaccord ? Ces questions sont déterminantes pour nous.


 Déclaration sur les allègements en histoire-géographie

 Classes de Troisième, Terminales ES et L et dans la voie professionnelle  

 
Les projets d’allègement des programmes en HG ont été largement attendus par la profession, dans l’attente de leur refonte dans le cadre du CSP (Conseil supérieur des programmes). Pour la classe de Troisième et la Terminale des séries ES et L, les allègements résultent globalement d’une action unitaire engagée depuis un an (communiqués, audiences, pétition SNES-CGT- SUD). Le volume des suppressions de 20h en 3e comme en terminale L/ES reste inférieur à nos demandes mais va indéniablement dans le bon sens. Même si on peut contester certains choix, cela permettra un gain de temps avec l’augmentation du volume horaire des questions restant au programme et la possibilité d’approfondir un peu plus les méthodes et l’appropriation des contenus.

Concernant l’organisation des examens, DNB et Baccalauréat, nous continuons de demander la prise en compte de nos critiques et celles des collègues : choix des sujets (cesser les choix de fin de programmes ou trop difficiles) mais aussi sur leur nombre en offrant un troisième sujet de composition et un deuxième sur l’étude de documents.

Concernant les allègements dans la voie professionnelle, il y a aussi une forte demande de la profession. Mais les allègements, à propos desquels les organisations n’ont à aucun moment été associées, nous semblent poser davantage de problèmes. Sur un plan quantitatif, les suppressions sont insuffisantes et prennent souvent la forme de transferts (telle question cessant de constituer une situation, mais se trouvant intégrée dans les orientations). Sur les choix retenus, nous contestons que l’accent ait été mis trop souvent sur les mouvements sociaux, le féminisme, la laïcité... D’autres choix nous paraissent contestables : en classe de Première en ECJS, la disparition de la question de l’acquisition de la nationalité, bien qu’il s’agisse d’un sujet non obligatoire, constitue un mauvais signal envoyé à la profession, aux élèves, à propos d’une question importante, sensible, et au regard de l’âge et des caractères de beaucoup d’élèves de la voie professionnelle.

Ces mesures d’allègement si elles sont les bienvenues ne règlent pas la question des contenus, des méthodes et des finalités de l’enseignement de l’histoire et de la géographie dans le secondaire. … et le primaire ; au-delà du bol d’air indispensable pour les collègues et les élèves, nous considérons que la fabrication des programmes doit faire l’objet d’un large travail avec les collègues et notamment leurs organisations représentatives mais aussi les chercheurs et les groupements de réflexion comme le Collectif Aggiornamento. La mise en place du CSP ne semble pas aller dans ce sens et on ne peut que regretter le refus ou l’absence de soutien de certaines organisations syndicales à notre proposition d’un conseil consultatif intégrant les représentant-e-s du personnel auprès du futur CSP (sauf le Snes et la Cgt en CSE le 17 juillet 2013 mais pas en CTM quelques jours après).


Déclaration sur le projet d’arrêté destiné à modifier l’organisation des épreuves de langues vivantes en Terminale L

Le projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 15 septembre 1993 modifié relatif aux épreuves du baccalauréat général à compter de la session 1995 destiné à « faciliter l’organisation des épreuves de langues vivantes pour la série littéraire soulève de nombreuses questions. L’enjeu réside dans une fusion des épreuves de LVA et LV1 ou 2 en TL.

1ère question : en quoi s’agit-il d’un meilleur équilibre ? Le texte demeure flou.

2ème : si cette fusion est opérée à l’écrit, quelles seraient les conséquences sur le volume horaire des enseignements ? Restera t-il le même ? Les enseignements de LV et de LVA seront-ils maintenus ?

3ème : le niveau attendu en fin d’année (établi par le Cadre européen de référence pour les langues) est différent en LVA, LV1 et LV2 : comment évaluer dans une même épreuve des contenus différents à des niveaux différents ?

4ème : la littérature, dont le coefficient est de 1, ne mériterait-t-elle pas une reconnaissance plus affirmée dans cette série ?
Par conséquent, cette question soulève concernant les langues et l’organisation du baccalauréat surtout des interrogations et des inquiétudes, tandis que les collègues attendent toujours des réponses et surtout des avancées concernant la mise en œuvre de la réforme initiée par le gouvernement précédent, et une fois encore, validée par vous-même.

En effet, près de 5600 collègues ont signé la pétition CGT-SNES-SUD exigeant l’abandon pour la session 2014, des modalités 2013 des épreuves orales ( problème du CCF, de l’organisation par les équipes, de l’anonymat des élèves et des examinateurs, désorganisation de l’enseignement, alourdissement de la charge de travail sans rémunération…. ) et la mise en place d’une réflexion collective sur des épreuves de langues vivantes au baccalauréat, conçues et organisées au plan national. L’urgence, Monsieur le ministre, c’est bien cela.

Documents joints

Sur les allègements en Histoire-géo
Sur les allègements en Histoire-géo
CSE du 19/09/2013
Sur le conseil d'école
Sur le conseil d'école
CSE du 19/09/2013
Sur les épreuves de LV en TL
Sur les épreuves de LV en TL
CSE du 19/09/2013

Navigation

Articles de la rubrique