Orientation scolaire : qui joue au poker menteur ?

Communiqué de presse SUD, CGT, SNES
mercredi 13 février 2013
mis à jour lundi 25 février 2013

Communiqué de presse du 12 février 2013

Orientation scolaire : qui joue au poker menteur ?

Une délégation intersyndicale (SNES-FSU, SNASUB-FSU, CGT Educʼaction, SUD Education) de conseillers dʼorientation-psychologues, de directeurs de CIO et de personnels administratifs a été reçue par le cabinet de Marylise Lebranchu le 8 février, à lʼoccasion de la journée de mobilisation nationale pour la défense du service public dʼorientation de lʼEducation nationale.

Alors quʼen décembre, le ministre de lʼEducation nationale avait très clairement affirmé à lʼintersyndicale que les conseillers dʼorientation-psychologues et les directeurs de CIO resteraient fonctionnaires de lʼEtat et que seuls ceux qui le souhaitaient seraient mis à disposition des Régions, le cabinet de Marylise Lebranchu, par la voix du conseiller social, a indiqué que la question du transfert des CIO et de leurs missions aux régions était actée. Il a laissé planer le doute sur un éventuel transfert des personnels ou mise à disposition « forcée ».

Devant ces affirmations gouvernementales contradictoires, qui faut-il croire ? Faut-il comprendre que malgré le refus et les objections nombreuses de la profession portées par les représentants de lʼintersyndicale, seules les demandes de lʼARF seront prises en compte ?

M. Lacoste a cherché à rassurer en indiquant que rien ne changerait pour les CIO. On se demande alors lʼintérêt dʼimposer une telle décision ? Que deviendront les missions de ces futurs « ex CIO » ? Il est clair quʼils ne pourront continuer à assurer leurs missions institutionnelles actuelles pour lʼEducation nationale, les compétences des Régions ne concernant pas lʼorientation des élèves et des étudiants.

Le conseiller social a dʼautre part semblé ignorer toutes les discussions menées avec le ministère de lʼEducation nationale depuis six mois et les assurances données par le ministre lui-même. Le principe dʼun service public dʼorientation national a même été présenté comme moins démocratique que 26 services régionaux aux missions, à la composition et aux fonctionnements différents, au prétexte quʼil permettrait de sʼadapter aux territoires ! Il faudra lʼexpliquer aux personnels et aux élèves qui auront la malchance de se trouver dans une région moins riche que dʼautres !

Enfin, relayant une conception rétrograde de leur métier, rejetée depuis des décennies par les personnels, le conseiller a semblé regretter que le recrutement des conseillers dʼorientation-psychologues nʼait pas été modifié dans le sens dʼune suppression de leur qualification de psychologue !

Lʼintersyndicale a présenté dʼautres solutions pour « améliorer lʼinterface entre lʼEcole et le premier emploi », objectif sur lequel tout le monde peut sʼaccorder. Elles ne passent pas par lʼéradication préalable des CIO, ni par le transfert des personnels. Mais notre interlocuteur a semblé considérer quʼil était trop tard pour les
prendre en compte.

Lʼorientation scolaire est une mission nationale et doit le rester !

Lʼintersyndicale reste déterminée sur la nécessité de défendre le service public dʼorientation de lʼEducation nationale et le réseau des CIO qui consacrent plus de 80% de leurs activités au public scolaire et universitaire.

Elle se félicite du succès de la mobilisation du 8 février et se réunira le 13 février pour décider de la suite des actions afin de sʼopposer à ces mesures contraires à lʼintérêt des élèves, des équipes et des personnels.

Documents joints

Communiqué de presse -IS orientation - (...)
Communiqué de presse -IS orientation - (...)