Communiqués intersyndicaux ouverture des réunions "bilan de la réforme des lycées"

Déclarations intersyndicales aux réunions sur la réforme du lycée des 26 novembre et 9 décembre 2015
jeudi 10 décembre 2015
mis à jour jeudi 17 décembre 2015

L’intersyndicale, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT, CGT de l’enseignement privé, SNALC, SNCL, SIES, CFE-CGC, SUNDEP-Solidaires et SUD, constate que le ministère a annoncé que les discussions sur le « bilan de la réforme des lycées » ne pourraient déboucher que sur d’éventuels ajustements techniques à la marge.

Ce bilan a été repoussé depuis de longs mois. Ce n’est donc pas le temps qui a manqué pour le préparer.

Rien n’a été fait depuis 2012 pour remédier aux difficultés rencontrées par nos collègues qui au quotidien peuvent mesurer les conséquences de cette réforme et le caractère inopérant des dispositifs mis en place pour améliorer la réussite des élèves. Rien n’a été fait pour engager les modifications nécessaires pour remédier aux situations particulièrement critiques et urgentes : autonomie renforcée, fonctionnement de l’Accompagnement Personnalisé (AP), enseignement des langues vivantes et Évaluation en Cours d’Année (ECA), Contrôle en cours de formation (CCF) en lycée professionnel.

De même, rien n’a été fait pour prendre en compte les graves difficultés engendrées par la réforme des STI2D, en particulier pour les personnels qui voient leurs qualifications remises en cause.

Nous constatons que les fiches rédigées par le ministère ouvrent même la porte à l’aggravation ultérieure des dispositifs comme le CCF ou l’ECA et n’apportent aucune critique de l’autonomie des établissements et aucune solution pour améliorer la réussite des lycéen-nes professionnel-les dans leurs poursuites d’études Dans différents rapports, l’Inspection Générale elle-même a notamment souligné « le creusement des écarts entre les lycées », la remise en question par une grande partie des enseignants du dispositif d’Accompagnement Personnalisé et leurs réticences à évaluer leurs élèves dans le cadre de l’ECA.

L’intersyndicale réaffirme qu’il aurait été indispensable de commencer par un bilan de la réforme des lycées avant d’engager une réforme du collège, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.La réforme du collège 2016 est conçue sur les mêmes principes que celle des lycées.

Sans doute est-ce la raison principale pour laquelle le ministère refuse, de fait, d’en faire un bilan sincère et objectif et de discuter de modifications profondes, pourtant nécessaires, dans l’organisation du lycée qui rompent avec les logiques précédentes.
La réforme du collège est inacceptable : l’intersyndicale reste déterminée à obtenir son abrogation et demande l’ouverture de discussions sur d’autres bases.

Déclaration intersyndicale du 26 novembre à l’occasion de la réunion de
lancement des discussions du bilan de la réforme

Vous lancez aujourd’hui des discussions sur le bilan de la réforme du lycée mise en place par le gouvernement précédent. Ces discussions ont été repoussées pendant de longs mois. Pourtant il aurait en effet été bien préférable, et depuis 2012 le temps n’a pas manqué, de commencer par un bilan loyal et objectif de la réforme des lycées, en préalable à une réforme du collège.
Nos organisations, et la majorité des personnels avec elles rejettent la réforme du collège 2016. Elle accentue les inégalités par l’autonomie accrue des établissements.
Elle ampute les enseignements disciplinaires pour créer des dispositifs interdisciplinaires inopérants.
Elle conduit à la disparition de nombreuses sections ou options de langues vivantes ou anciennes.Elle met en place des cycles mal pensés, avec des programmes généralement sans repères annuels.
Elle augmente la charge de travail des personnels et crée une multitude de conseils et de hiérarchie intermédiaires pour imposer de « bonnes pratiques ».

La réforme du collège s’inspire à l’évidence d’un certain nombre de mesures de la réforme des lycées.
Les réunions de formation qui ont commencé dans les académies suscitent un large rejet et leur contenu ne fait que conforter nos collègues dans leur refus de cette réforme.Il n’est pas trop tard pour décider de la suspension de l’application de la réforme du collège à la rentrée 2016.
Ce serait une mesure d’apaisement pour sortir d’une situation de blocage qui oppose la ministre à la majorité des personnels.
Cela éviterait que les discussions sur le lycée n’aboutissent à aucune remise en cause des logiques des réformes précédentes voire débouchent sur des aménagements les accentuant.
L’intersyndicale reste déterminée à poursuivre la lutte contre cette réforme inacceptable, à obtenir son abrogation et demande l’ouverture de discussions sur d’autres bases.
Le 26 novembre 2015

Documents joints

Déclaration intersyndicale bilan réformes (...)
Déclaration intersyndicale bilan réformes (...)
Déclaration intersyndicale sur la réforme du (...)
Déclaration intersyndicale sur la réforme du (...)