Déconstruire les stéréotypes, pas les ABCD de l’égalité !

Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire et universitaire, regroupant FCPE, Fep-CFDT, Ferc-CGT, FSU, Sgen-CFDT, Sud éducation, UNEF, FIDL, UNL
mardi 1er juillet 2014

Le Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire dénonce la décision des ministères de l’Éducation nationale et des Droits des Femmes d’abandonner le dispositif intitulé « ABCD de l’égalité » tout en affirmant le généraliser.

S’il s’agit vraiment de le poursuivre et de l’étendre, pourquoi changer le nom d’un dispositif dont le bilan est positif, ce que B. Hamon reconnaît, si ce n’est sous la pression des réactionnaires et de leurs polémiques diffamatoires ? Ce changement de nom lui-même est une faute politique, dans la mesure où il peut entraîner suspicion et manque de légitimité, y compris chez certain-es professeur-es des écoles.

Nos mobilisations auront-elles permis d’éviter l’enterrement pur et simple d’une politique de l’égalité à l’école ? Et les annonces sont-elles en mesure de répondre à l’ambition affichée ?

- Former 25 000 futur-es enseignant-es ? Un module sur l’égalité fille-garçon existe déjà dans la formation initiale, mais n’a qu’une place marginale, les réformes de la formation initiale ayant entraîné une diminution du temps consacré aux enseignements, et un nombre d’heures variable d’une académie à l’autre.

- Former 320 000 professeur-es des écoles ? Chiche ! Mais avec quels formateurs et formatrices ? De plus, le programme des animations pédagogiques de l’année 2014-2015 est déjà très chargé... En revanche, le recours à des formations à distance est inadapté et clairement insuffisant pour sensibiliser les personnels aux stéréotypes et aux représentations, ainsi qu’à tout ce qui se joue au niveau des interactions enseignant-es / élèves et de la gestion de classe. Le Collectif renouvelle son exigence de moyens concrets et effectifs pour des formations de qualité !

Les ministres affirment accorder une grande importance à l’éducation à l’égalité. Puisqu’il affiche une telle volonté, nous ne doutons pas que M. Hamon veuille enfin répondre favorablement à notre demande d’audience datant du 14 avril dernier et nous reçoive en personne, afin d’évoquer ensemble la lutte contre les LGBTphobies à l’École. Il y a urgence à mettre en œuvre les préconisations du rapport Teychenné présenté par son prédécesseur il y a un an maintenant !
Nous l’invitons également à réhabiliter le mot genre dans les écrits du ministère, concept qui permet de mettre à jour les inégalités sexistes et les discriminations LGBTphobes, de les penser, pour mieux les combattre.
Toutes ces questions demandent un engagement fort et volontariste ! L’éducation nationale doit s’engager clairement.

Pour une école émancipatrice, qui lutte activement contre le sexisme et les LGBTphobies
Pour porter haut et fort nos exigences :

RDV mercredi 2 juillet à 14h30 devant le ministère de l’Éducation nationale

Nous appelons aussi à signer massivement la pétition : http://change.org/generalisation-abcd

Documents joints

Communiqué ABCD 01-07-2014 (collectif)
Communiqué ABCD 01-07-2014 (collectif)