Droit de réponse au café pédagogique : SUD éducation s’est toujours opposé à l’annualisation et revendique une autre réforme des rythmes scolaires

Communiqué de la fédération SUD éducation du 13 novembre 2013
mercredi 13 novembre 2013

Deux articles de l’Expresso du Café Pédagogique du 13 novembre 2013 comportent des allégations erronées sur les positions de SUD éducation. Nous demandons que le présent droit de réponse soit publié dans l’expresso dans les mêmes conditions.

SUD éducation s’est toujours opposé à l’annualisation et à la flexibilisation du temps de travail

Sous le titre « La vraie fausse annualisation des professeurs des écoles », le Café Pédagogique commence par rendre compte de notre dénonciation d’un projet de décret ministériel visant à imposer aux professeur-e-s des écoles en poste partagé et aux remplaçant-e-s de faire classe plus de 24 heures par semaines - pour récupérer le temps travaillé au-delà des 24 heures statutaires sous forme de journées décidées par le DASEN.

Mais le Café Pédagogique affirme ensuite que cette flexibilisation du temps de travail des professeur-e-s des écoles, prévue par le ministère pour s’adapter à la réforme des rythmes scolaires, répondrait à une demande de SUD éducation, et que le ministère lui-même l’a confié au site. SUD éducation dénoncerait donc aujourd’hui ce que nous aurions demandé hier… C’est bien entendu totalement faux. Et cette tentative de nous discréditer n’honore pas ceux et celles qui s’en font l’écho.

L’extrait de notre communiqué du 11 juin 2013 invoqué pour justifier une telle allégation dit tout à fait autre chose. Dans ce communiqué, nous dénonçons la tentative du ministère d’acheter, par une indemnité, le consentement des collègues à cette variabilité imposée de leur temps de travail. Nous revendiquons une diminution du temps de service hebdomadaire des enseignant-e-s, ce qui n’a rien à voir avec une quelconque flexibilisation du temps de travail.

SUD éducation s’est toujours opposé à toute annualisation ou flexibilisation du temps de travail. De nombreuses expressions de notre fédération en témoignent.

SUD éducation revendique d’autres réformes

Le Café Pédagogique écrit dans un autre article sur la grève du 14 novembre : « La Cgt, Fo, Sud et la Faen manifestent pour la suppression du nouveau décret et donc le maintien de la semaine de 4 jours. » C’est là encore totalement faux.

Le communiqué commun CGT/FO/SUD/FAEN d’appel à la grève nationale du 14 novembre revendique certes l’abrogation du décret Peillon, mais il appelle aussi à construire la lutte « pour une autre réforme ». Le Café Pédagogique ne peut l’ignorer.

A SUD éducation, nous avons toujours affirmé que le débat sur les rythmes scolaires ne peut être dissocié d’une réflexion de fond sur une école émancipatrice, et qu’une réforme des rythmes scolaires est inséparable d’une amélioration des conditions d’accueil et d’enseignement pour les élèves, et des conditions de travail de l’ensemble des personnels. Mais nous avons également dénoncé la réforme précédente et continuons d’y être opposé-e-s.

C’est la raison pour laquelle, nous ne cessons de répéter que nous sommes contre le statu quo et pour des alternatives.

Documents joints

Droit de réponse au café pédagogique
Droit de réponse au café pédagogique
SUD éducation s’est toujours opposé à l’annualisation et revendique une autre réforme des rythmes (...)