Ensemble, résistons aux contre-réformes de l’éducation !

mercredi 21 avril 2010

SUD Éducation s’est prononcé dès le début de l’année scolaire contre les réformes Chatel (réforme
du lycée, décret EPLE sur le conseil pédagogique, et contre la masterisation déjà l’année dernière). Nous
avons appuyé les mobilisations contre les réformes et les suppressions de postes qui en découlent pour
construire un mouvement national qui a émergé avec l’appel national à la grève du 12 mars.

Malheureusement aucune autre organisation ne s’est située dans cette perspective après cette date,
ce qui pouvait permettre de construire un mouvement de grande ampleur pour obtenir un recul décisif du
ministère.

Pour autant, la lutte passe aussi par le blocage des réformes dans nos établissements. Les rectorats
préparent activement la mise en place des contre-reformes. Dans les lycées de nombreuses réunions officielles se sont déjà tenues et avec l’arrivée des dotations horaires dans les établissements des choix
concrets vont devoir être faits pour mettre en place la réforme Chatel. Dans le même temps, c’est l’ensemble du second degré qui est concerné par la mise en place des conseils pédagogiques, tandis que la masterisation va toucher le premier et le second degré.

Dans les Lycées

- Pour déjouer le piège de la division entre collègues dans l’attribution du tiers des heures « globalisées », revendiquons en AG des personnels
que les dédoublements actuels de la classe de
seconde soient reconduits. Mandatons les élus
au CA pour porter ces revendications.

- Exigeons avec les parents et les lycéens l’extension des soutiens disciplinaires et méthodologiques en petits groupes et refusons la mise en
place de l’Accompagnement Personnalisé car il
est déconnecté des enseignements et ne répond
pas au besoin d’aide et de soutien des élèves.
Montrons que L’A.P se fait au détriment des dédoublements actuels désormais supprimés.

- Refusons collectivement la charge de P.P en
seconde dans le cas où le contre-projet est refusé
et faisons-le savoir au proviseur, au rectorat et
aux parents d’élèves.

Dans les collèges et les lycées

- Exigeons la tenue des C.A pour avoir connaissance de la DHG et surtout du TRMD [1] dès à
présent et non en mai ou juin comme le conseille le
Ministère ! Les élus peuvent exiger la tenue d’un
CA extraordinaire en cas de refus des chefs
d’établissement !

- Refusons en AG du personnel la participation
au Conseil pédagogique instance de caporalisation non élue, chargée d’appliquer une réforme
dont la majorité des collègues ne veut pas.

- Refusons collectivement les heures supplémentaires face aux départs à la retraite non remplacés et aux mesures de carte scolaire qui frappent
nos collègues. Faisons-le savoir au rectorat.

- Refusons collectivement l’encadrement des stagiaires, scandaleusement nommés à temps complet dès la 1ère année, ainsi que des étudiants en
M2 qui doivent au deuxième trimestre prendre
en responsabilité les classes du tuteur !

- Exigeons que les postes vacants soient proposés au mouvement et non bloqués pour l’affectation de stagiaires en situation. Pour cette même
raison aussi, exigeons la transformation des heures supplémentaires en heures-postes !

Dans nos AG d’établissement, de ville, organisons le refus des réformes (boycott, grève, rassemblements au Rectorat pour exiger des moyens et refuser les postes réservés aux stages, etc.) en mandatant des représentants des AG d’établissement et de ville au sein d’AG départementales ou
académiques pour qu’elles les coordonnent :
les réformes ne passeront pas par nos établissements !
SUD Éducation fera ces propositions d’action dans les intersyndicales à tous les niveaux


[1TRMD : tableau de répartition des moyens par discipline,
traduction de la DHG en terme de postes, permettant d’identifier les postes supprimés, mis au mouvement ou pas, bloqués
pour des stagiaires, la quantité d’heures supplémentaires par
matières, etc.

Documents joints

résistons aux contre-réformes de l'éducation
résistons aux contre-réformes de l'éducation