Harcèlement à l’école : un clip caricatural et indigent, à l’image de la politique éducative ministérielle

Communiqué de la Fédération SUD éducation
vendredi 6 novembre 2015
mis à jour jeudi 3 décembre 2015

Nous sommes scandalisé-es par cette représentation caricaturale d’un autre âge de l’école qui reprend tous les clichés les plus éculés et ceci à des fins soit disant pédagogiques.

A l’occasion du lancement ce jour de sa campagne contre le harcèlement à l’école, le ministère de l’éducation nationale propose une série d’outils à destination des enfants et des enseignant-es.

Un clip financé et sponsorisé par Disney

Parmi ces outils dit « pédagogiques », un clip qui se veut un support pédagogique mais qui est aussi destiné à être diffusé dans les médias.

Ce film financé et sponsorisé par Disney, représente un enfant en situation de harcèlement dans une classe, sous le nez d’une enseignante représentée sous les traits d’une sorte de cerbère autoritaire et malveillante, qui à défaut de leur adresser la parole, éructe sur les élèves en écrivant de façon incompréhensible sur le tableau. Le tout en ne voyant absolument rien de la situation de détresse dans laquelle se trouve l’élève. Pire, elle le rappelle à l’ordre parce qu’il semble ne pas écouter. A la fin du film, c’est une fille de la classe qui propose de l’aide au garçon harcelé et qui lui dit qu’ils vont trouver des solutions.

Une représentation caricaturale de l’école et des enseiegnant-es !

Nous sommes scandalisé-es par cette représentation caricaturale d’un autre âge de l’école qui reprend tous les clichés les plus éculés et ceci à des fins soit disant pédagogiques.

Nous demandons à ce que ce film ne soit pas diffusé et soit retiré des sites institutionnels.

Une fois de plus, nous constatons que pour masquer les enjeux réels de la politique qu’il mène, le ministère toujours prompt à alimenter la défiance envers les enseignant-es, n’hésite pas, avec une certaine complaisance, à caricaturer leur travail en ignorant la réalité de l’école et la diversité de leurs pratiques pédagogiques.

Pire dans ce clip, il fait des enseignant-es les responsables de situations dans lesquelles les élèves se trouvent en danger. C’est parfaitement inacceptable !

►Alors que les effectifs augmentent dans les classes, qu’il y a des moins en moins d’adultes pour encadrer les élèves.

►Alors que l’enseignement spécialisé a été décimé et que les RASED sont en voie de disparition.

►Alors que les missions des psychologues scolaires ont été multipliées dans le cadre des pôles ressources et ne sont pratiquement plus en mesure d’assurer leur mission de prévention.

► Alors qu’il manque des infirmières, des médecins, des assistant-es sociaux, etc.

Des gages aux réactionnaires et aux conservateurs !

Le ministère préfère donner des gages aux réactionnaires et partisan-es d’une école conservatrice tout en finançant sa propagande grâce à une entreprise privée dont on peut sincèrement douter de la légitimité en matière éducative, plutôt que de donner de réels moyensàl’école.

Les clichés éculés que véhicule ce film sont incompatibles avec les valeurs et les pratiques d’une école égalitaire, émancipatrice et autogestionnaire que nousrevendiquons.

Opposé aux orientations proposées par la refondation de l’école qui servent toujours les mêmes intérêts, SUD éducation revendique une école égalitaire et émancipatrice qui s’inscrit dans un projet de société solidaire, démocratique, débarrassée des inégalités.
C’est pourquoi SUD éducation agit pour que se construise un rapport de force afin d’imposer une autre école, dans une autre société.

PDF - 84.2 ko
Clip de la campagne contre le harcèlement à l’école