La Sexta : les prochains pas aux côtés des Zapatistes

dimanche 26 mai 2013

Le 21 décembre, les zapatistes, qui poursuivent en toute discrétion leur lutte pour l’autonomie, la démocratie, la liberté et la justice, se sont manifestés aux yeux du monde. En ce jour de la soi-disant « fin du monde », 40 000 zapatistes (Indigènes mayas) des 5 régions autonomes (La Realidad, Oventik, Morelia, La Garrucha et Roberto Barrios) ont défilé en silence absolu dans 5 des principales villes du Chiapas (Altamirano, Comitan, Ocosingo, San Cristobal de las Casas, Palenque). Après les passe-montagnes pour être reconnu-es, le silence pour être entendu-es…

Leur message, publié sous forme de communiqué


Vous avez entendu ?

C’est le bruit de votre monde qui s’écroule.

C’est celui du nôtre qui resurgit.

Le jour où le jour fut, c’était la nuit.

Et ce sera la nuit le jour où ce sera le jour.

Démocratie !
Liberté !
Justice !

Dans chaque ville, les zapatistes ont défilé en montant tou-tes sur une estrade aménagée sur une camionnette. Un autre message : pas de tribune réservée à certain-es, pas de leader, tou-tes les zapatistes décident de leur destin.

Dans un communiqué daté du 30 décembre 2012, les zapatistes annoncent leurs prochains pas : ils souhaitent réactiver leur réseau national et international dans le cadre de la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandone. Ce réseau se nomme désormais « La Sexta » et ses objectifs sont définis dans une série de textes parus début 2013 : Eux et Nous. Cette série analyse « Les (dé)raisons d’en-haut » et la « Machine » capitaliste avec ses rouages du pouvoir et de l’exploitation. Puis elle explique « les douleurs d’en-bas » : celles des exploité-es et des différent-es ainsi que leurs luttes et leurs résistances.

Une autre série aborde « les plus petit-es » : dans des extraits de brochures, des zapatistes s’expriment sur les thèmes de l’autonomie politique, des femmes, de la question des revenus, de la résistance, des doutes et des ombres.

Enfin, la question des échanges et de la communication est abordée par le nouveau Sous-commandant : Moïses (auparavant lieutenant-colonel insurgé). Il explique l’importance de l’internationalisme et les modalités des rencontres d’août 2013 en territoire zapatiste. La « Escuelita » (petite école) est ouverte aux organisations invitées dont Sud éducation et Solidaires font partie. Au moins deux personnes y sont mandatées et ce sera l’occasion de remettre l’argent collecté dans le cadre de la souscription pour l’eau à laquelle vous pouvez encore participer (voir journal nº51 et le bon de souscription ci-contre).

Tous les textes étaient accompagnés de vidéos

Traductions disponibles