La casse de l’action sociale !

Informations suite au CIAS (Comité interministériel d’action sociale) du mercredi 11 septembre 2013
jeudi 19 septembre 2013

Le CIAS (Comité interministériel d’action sociale) s’est tenu le mercredi 11 septembre 2013, présidé par JF. VERDIER, directeur général de la DGAFP.

Ce CIAS, convoqué tardivement en septembre faisait suite à la colère des représentants des organisations syndicales siégeant dans cette instance qui avaient très mal pris, en juin dernier, les annonces du cabinet de la Ministre de la Fonction Publique conduisant à réduire de 10% le budget de l’action sociale interministérielle.

A cette réduction budgétaire il était prévu d’ajouter la suppression de prestations, à l’instar de ce qui s’était passé en 2008 (suppression de l’aide ménagère à domicile en faveur des retraités).

Une telle diminution des crédits (10% du budget) , c’est du jamais vu dans toute l’histoire de l’Action Sociale Interministérielle !

Lors de ce CIAS, malgré la présence de tous les Secrétaires Généraux des organisations syndicales venus soutenir les membres du CIAS et dénoncer cette politique régressive, la DGAFP a confirmé en tous points les orientations ministérielles :
L’action sociale va donc subir des coupes drastiques et les principales victimes en sont les agents et leurs familles !

- L’aide à l’installation des personnels destinée aux agents nouvellement recrutés sera supprimée alors même que l’accès à un logement est de plus en plus difficile et onéreux. Comment comprendre une telle mesure ?

- La troisième tranche du CESU « garde d’enfants » sera également supprimée alors qu’il s’agissait d’une aide, certes modeste, mais permettant de favoriser l’égalité femmes / hommes. Là encore, comment comprendre cette mesure ?

Baisser le budget de l’Action Sociale Interministérielle de 19 millions d’€ est une véritable provocation !

L’amputation des crédits sociaux vient s’ajouter aux autres mesures relatives au pouvoir d’achat comme le gel des salaires des fonctionnaires que nous subissons depuis quatre ans, et qui doit encore perdurer !

Sans parler des mesures visant l’augmentation de cotisations générées par la loi Fillon et désormais par le projet de loi Ayrault !

Non, Solidaires n’acceptera pas qu’au nom de l’austérité, les mesures permettant d’atténuer les difficultés quotidiennes des agents, soient rognées voire supprimées.

C’est par la mobilisation de toutes et tous que nous pourrons imposer d’autres choix !

Documents joints

Tract Solidaires FP
Tract Solidaires FP
Déclaration Solidaires FP
Déclaration Solidaires FP
Déclaration intersyndicale FP
Déclaration intersyndicale FP