La solidarité, l’entraide, l’hospitalité, l’amitié, ne sont pas des délits !

Communiqué Solidaires / SUD Education / Solidaires 31 / Solidaires Comminges
jeudi 8 octobre 2015

Nara Cladera, professeure des écoles à Aspe (31), militante SUD Education [Union syndicale Solidaires], a été interpellée mardi 6 octobre puis placée en Garde a vue, sa maison a été perquisitionnée ; ceci, dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par un Juge d’Instruction parisien pour « association de malfaiteurs en vue d’action terroriste ».

Cela s’inscrit dans le cadre de l’arrestation d’une personne que la presse française et espagnole présente comme « le fils du chef historique de l’ETA ». Aux yeux des médias « fils de » semble donc être un motif d’arrestation pour terrorisme…

Pour quelle raison notre camarade, militante syndicaliste, donc internationaliste, qui représente notre organisation localement mais aussi la fédération des syndicats SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires, notamment dans le Réseau syndical international de solidarité et de luttes, a-t-elle été interpellée ? Parce que « le fils de » a mangé et dormi chez elle. Permettre à deux enfants, leur mère et leur père, d’avoir un lieu pour passer des vacances ensemble, n’est pas du terrorisme !

Quand des patrons jettent à la rue des milliers de salarié-es, le Premier ministre et son gouvernement accourent pour les soutenir et qualifient de « voyous » les travailleurs et les travailleuses ainsi agressé-es ! Quand les Etats bafouent le droit des peuples à l’auto-détermination, ils accusent celles et ceux qui le défendent d’être des « terroristes » !

Il n’est pas étonnant que les mêmes personnages satisfassent les demandes du gouvernement du royaume d’Espagne qui, dans l’espoir de voir remonter sa côte de popularité à quelques semaines des élections, réclame des « terroristes ». Qui sont ces « terroristes » ? Il y a quelques semaines, ont été arrêtées comme « terroristes » deux personnes avec qui le même Etat français négociait le processus de paix ; hier c’est au tour d’un un père de famille bossant dans un centre d’appels et ayant repris des cours à l’université depuis deux ans au vu et au su de tous !

La solidarité, l’entraide, l’hospitalité, l’amitié, ne sont pas des fautes ni des délits.

Nous dénonçons, d’autre part, la criminalisation des actes de résistance et leur instrumentalisation à des fins électoralistes.

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est un droit inaliénable.

Nous soutenons Nara et exigeons l’arrêt immédiat de toutes poursuites à son égard.

Documents joints

La solidarité, l'entraide, l'hospitalité, (...)
La solidarité, l'entraide, l'hospitalité, (...)