Le burn out des profs de langue

On achève bien les chevaux…
vendredi 22 mars 2013

Tu es prof de langues ?

On va te reprocher…

…ton salaire, tes vacances, et même la chance que tu as d’organiser des voyages scolaires à Londres, Berlin ou Madrid en 15 heures de bus avec 50 ados excité-es, sur lesquels tu vas veiller 24h/24,… en payant ta part !

Mais, heureusement, la tendance va s’inverser…

…puisque une grande réforme de l’enseignement des langues en « cycle terminal » a été décrétée par le gouvernement précédent (27/01/2010) et entérinée par l’actuel.

On va te parler…

…du premier degré, du plus que représente l’initiation, cette poudre de perlimpinpin qui fait croire aux parents que leurs gamins seront bilingues sous peu. On oublie de leur dire qu’on ne cesse, en parallèle, de rogner sur l’horaire en lycée : 2 heures par élève en 1ère et terminale.

Dans le second degré, il arrive qu’on te…

…dédouble une heure par-ci par-là, sinon tu rames avec tes 35 jeunes. On te demande bien sûr de maîtriser la langue mais aussi de faire preuve d’inventivité, de faire de l’« actionnel scénarisé ». Tu balances une vidéo, une bande son… sauf que tu as rarement le matériel.

Avec la réduction d’horaire élève, tu…

…arrives facilement à 8, voire 9 classes et autant de copies supplémentaires et réunions non-rémunérées.

Quand malgré ça, tu parviens encore à réfléchir,…

…tu t’aperçois que tu as été berné-e quand on t’a proposé des effectifs réduits, alignés pour travailler par « compétences », répondant ainsi aux critères de Lisbonne. Connu-e pour ton sens du sacrifice, tu as accepté les concertations bénévoles, l’usage de l’informatique pour mettre tes supports et séquences en ligne. Tu ne pensais pas que les effectifs remonteraient progressivement, suivant les réductions de postes, que le partage virtuel des ressources faciliterait les remplacements des collègues en interne.

Alors, quand tu n’en peux plus,…

…que tu es au bout du rouleau, que tu craques, que ton/ta partenaire ne te supporte plus tellement tu es speedé-e, tu en viens à envier ton/ta collègue ringard-e en fin de carrière qui se contente de son manuel obsolète, de la craie, du tableau, du lecteur audio réquisitionné en ancienne URSS et d’une voix qui porte, car il/elle sait que c’est tout le matériel dont il/elle est sûr-e de disposer.


Mais même ces profs-là, le nouveau bac va les achever ! C’est le coup de grâce pour tous, le coup de pistolet dans la tête du cheval fourbu !


La réforme en langue a été décrétée, en urgence, sans consultation, solution magique et unique au bilinguisme ! C’est surtout le cheval de Troie qui élargit le contrôle en cours de formation au bac.

Dans toutes les séries les candidat-e-s devront passer en plus des épreuves écrites classiques deux épreuves orales en interne, chacune se décompose en 5 minutes de parole en continu et 5 minutes d’interaction (sauf en L) [1]. Les parents sont aux anges ! Mais on ne leur rappelle pas que les 4 « compétences » seront préparées avec le même horaire de cours, des effectifs en augmentation constante pour pallier les suppressions de postes et sans équipement adéquat. On compte encore sur toi, le/la prof dévoué-e pour t’adapter, te faire envoyer les devoirs écrits, les enregistrements… par internet qui sait bien confondre espaces professionnel et privé.

Et comme il n’y a plus de limite,…

…à toi le prof de concevoir tes propres sujets, qui ne seront ni testés, ni validés, d’organiser les épreuves avec l’administration, d’évaluer tes propres élèves ou ceux de ton collègue au 2e et 3e trimestre.

L’épreuve de compréhension orale t’oblige à être sans cesse à l’affût de « la perle rare » : le document parfait, authentique, compréhensible, accessible, sur un sujet d’actualité assez dense pour être coupé à 1 minute 30 précise. Pour l’aspect technique, tu sollicites tout ton entourage, bref tu fais chier tout le monde alors que… tu profites déjà de vacances interminables et d’une paye à rallonge !

Au cas où tu te sentirais soulagé-e…

…d’avoir atteint tous ces objectifs en un temps record qui varie de la semaine au mois, tu vas frire sous l’angoisse des accusations d’arbitraire, de favoritisme, des classements entre profs, classes, lycées, car ces épreuves orales représentent 50% de la note finale. Mais toi le-la prof vertueux-se tu sauras résister aux pressions de tous ordres et aux menaces de recours !

Aucune rémunération supplémentaire,…

…malgré la surcharge de travail importante, ne te sera accordée.

Quand tu seras en arrêt de maladie,…

…comme de plus en plus de profs de langue victimes du « burn out », même si l’on t’a fait sauter la journée de carence, ne le dis pas en public car on va encore te reprocher de ne rien foutre et de ne pas mériter ton salaire.

On achève bien les chevaux…

Sud éducation Essonne


[1Consultez le B.O. du 24/11/2011