Le ministère prend son temps

Brève
mardi 6 septembre 2016

Il aura fallu un an au ministère pour rendre public le rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale, sur « l’efficacité pédagogique de la réforme des rythmes scolaires » : on le comprend ! Tout ce que Sud éducation ne cesse de dénoncer depuis 2013 se trouve confirmé !
La réforme qui devait, selon la pub du ministère, permettre à tout-es de mieux apprendre a, en fait, un impact nul sur les apprentissages. Au contraire, elle a engendré des déséquilibres dans la répartition des domaines d’apprentissage et a mis en concurrence les temps scolaires et périscolaires.
Le rapport souligne également que la concentration des élèves n’est pas favorisée par la réforme et se trouverait même réduite. Les élèves auraient prétendument davantage de temps pour apprendre mais en réalité, ils et elles en ont moins car ils et elles sont fatiguées et beaucoup moins concentré-es. Alors que le ministère vient d’entériner définitivement les dispositions du décret Hamon, dérogatoires à la loi, le rapport pointe les problématiques liées à la disparité de ces dispositions dérogatoires.
Finalement la réforme n’aura profité qu’aux activités périscolaires ! Mais, comme leur mise en place est très variable d’une commune à l’autre, elle renforce de fait les inégalités. Bien triste bilan pour une réforme pédagogique qui devait les combattre et favoriser la réussite de tout-es.
Pour Sud éducation l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires est toujours d’actualité. Réformer les rythmes scolaires nécessiterait une réflexion plus large sur une autre école dans une autre société, égalitaire et autogestionnaire (Rythmes scolaires-Une vraie fausse réforme pédagogique).