Le rectorat de l’académie de Créteil fait la pub. des fachos

Sud éducation Créteil
samedi 28 novembre 2015

Sur une page d’un site académique consacré à l’éducation à la défense (tout un programme en soi), le rectorat de Créteil recommandait chaudement la lecture et l’étude d’ouvrages d’auteurs d’extrême droite. Une intervention syndicale a permis la mise hors ligne du site incriminé.

Alerté par des parents d’élèves et plusieurs adhérent-es, Sud éducation Créteil a pris connaissance en septembre d’un site de l’académie de Créteil, publié sous la responsabilité d’une inspectrice, qui se faisait le relais d’ouvrages marqués à l’extrême droite. Présentés comme des « ressources pédagogiques », ils étaient donc proposés à l’étude en classe. Pourtant, parmi ces titres, figuraient en bonne place : Le roman de Jeanne d’Arc de Philippe de Villiers (et deux autres titres du même auteur), ainsi que Nos limites de Gautier Bes de Berc. Il est difficile de comprendre ce qui justifiait la présence d’un compte-rendu de ces ouvrages. Le premier, écrit par un homme politique d’extrême droite, était présenté comme « faisant aussi l’objet d’une étude historique rigoureuse où l’auteur, tel un pèlerin, s’est d’abord rendu sur les lieux même qui ont vu Jeanne vivre, grandir, et agir ». Cette méconnaissance de ce qu’est une étude historique rigoureuse, basée sur des sources et la critique de celles-ci, apparaît encore plus clairement par la suite : « Les trois ouvrages sont ainsi écrits sous la forme d’autobiographies imaginées (sic) ». Que Philippe de Villiers veuille participer à la rédaction d’un roman national, cela le regarde. Que l’académie de Créteil s’en fasse le relais et propose de l’utiliser avec nos élèves ne peut nous laisser sans réaction. D’autant plus que le second ouvrage, dont le lien avec les questions de défense est encore moins évident, est écrit de la plume d’un auteur connu pour son engagement contre le mariage pour tous et l’égalité des droits. C’est d’ailleurs ainsi qu’il nous est présenté dans ce compte rendu de lecture qui qualifie la démarche des Veilleurs [1] de « profondément démocratique (re-sic) » et le livre de « pépite ».
 Dans la rubrique « Nation et résilience », on trouvait également avec bonheur Islamisme. Comment l’Occident creuse sa tombe de Hamid Zanaz et deux livres de Malika Sorel qu’on s’imagine mal étudier avec nos élèves, principales cibles de « l’essayiste ».

L’intervention syndicale a suscité d’autres réactions que celle du rectorat. Bruno Modica, président des Clionautes, association d’enseignants et enseignantes d’histoire, de géographie et de documentalistes, a émis un doute sur le bien fondé d’une intervention syndicale sur ce sujet (le Snes Créteil a également réagi), considéré comme le pré-carré des « associations de spécialistes » [2]. Propos étonnant : comme si les organisations syndicales de l’Éducation nationale ne syndiquaient pas d’enseignant-es d’histoire-géographie ou de lettres-histoire, bien placé-es pour juger de ce que sont des ressources pédagogiques utiles puisqu’ils et elles les utilisent au quotidien avec leurs élèves (quand il ne s’agit pas de brûlot d’extrême droite). Sud éducation avait donc toute légitimité à intervenir, d’autant plus que l’extrême droite cherche à prendre de plus en plus de place dans l’éducation et qu’il s’agit d’un de nos combats prioritaires.

Cette intervention fut d’ailleurs couronnée de succès puisque le site académique n’était plus accessible par la suite. Face aux accusations de censure ou de créer un précédent, il convient de rappeler que cette page, au-delà des ouvrages orientés qui à eux seuls justifiaient l’indignation et une réaction, ne présentait qu’un seul point de vue, loin de tout pluralisme. Au-delà, la notion même d’éducation à la défense mérite d’être largement questionnée alors que des enfants d’une école
primaire de Moselle viennent d’être initié-es au maniement du Famas [3] par des militaires en tenue.

Alors que les collectifs Racine continuent de mettre en scène un prétendu soutien du monde enseignant au Fn, que des municipalités (qui gèrent les locaux des écoles) - et peut-être demain des régions (qui gèrent les locaux des lycées) - sont aux mains du Fn, il s’agit de ne pas céder un pouce de terrain !


[1Mouvement des Veilleurs : mouvement catholique intégriste qui se mobilise contre le mariage pour tous et toutes par le biais de sit-in et de prières.

[2Éducation à la défense - Savoir raison garder, Bruno Modica, http://www.clionautes.org/spip.php?article3480#.VgRFb_Ru720, consulté le 21 octobre 2015.

[3Fusil d’assaut en dotation dans l’armée française.