Les enseignements artistiques, un des vecteurs d’une école émancipatrice…

vendredi 2 septembre 2016

Sud éducation a organisé, à Créteil, les 4 et 5 février 2016, un stage fédéral autour des enseignements artistiques et de l’école émancipatrice à laquelle nous aspirons.

La formation animée par le groupe de travail « enseignements artistiques » a réuni une quarantaine de stagiaires (adhérent-es ou non de Sud éducation)...
La première journée a débuté par un tour de table qui a permis à chacun-e d’exprimer ses satisfactions professionnelles mais aussi les problèmes qu’il/elle rencontre au jour le jour (conditions de travail, place et sens des enseignements artistiques au sein de l’école). Un cahier de doléances a été mis en place par l’intermédiaire de grandes affiches qui ont été remplies tout au long du stage.

La matinée a été ensuite marquée par l’intervention de la commission « Quelle école ? » de la fédération Sud éducation (avec Pascal Diard et Nolwenn Toutan-Goasdoue) : elle a permis de mettre en lumière les enjeux des enseignements artistiques au sein du projet d’émancipation scolaire et sociale de notre syndicalisme.
L’après-midi a été centrée sur plusieurs interventions tournant autour de l’idée d’alternative pédagogique et de projet d’un enseignement polytechnique. Grégory Chambat, syndicaliste [1], est intervenu sur la notion d’« histoire et de contre-histoire » de l’Éducation nationale.
La fin de cette première journée a été consacrée aux expériences croisées d’alternatives pédagogiques des enseignements artistiques. École Freinet (Déborah Gentes ) ; lycée autogéré de Paris (Gregory Benzekry, enseignant en éducation musicale). Professeures impliquées dans des démarches pédagogiques alternatives (Gwenaëlle Bérillon, enseignante en arts plastiques, a participé au projet Célestin sur le 44 ; adhérente Sud éducation, Jacqueline Vahé-Desgrouas, fait partie du Groupe Français d’Éducation Nouvelle et a écrit dans la revue « Dialogue » des articles sur des démarches alternatives en arts plastiques).

La main à la pâte…

La deuxième journée, nous avons mis « la main à la pâte » ! Par ateliers, les stagiaires ont créé des objets artistiques liés à l’émancipation sociale et scolaire. Ces ateliers ont été l’occasion de mettre en action certaines revendications des cahiers de doléances : à savoir une pratique autogérée et collective. Plusieurs réalisations ont émergé : une installation plastique, et deux vidéos (dont l’une contenait une création sonore).

Un stage, de l’avis des stagiaires, réussi ! Vivement l’année prochaine, et un nouveau stage pour une école émancipatrice liée aux enseignements artistiques !

Sud éducation Charente Maritime et Vendée


[1Il exerce dans un collège de Mantes-la-Ville (Yvelines) auprès d’élèves non-francophones. Il est membre du comité de rédaction de la revue « N’Autre école », et du collectif d’animation du site « Questions de classe ».