Lettre intersyndicale au MEN concernant les CCF - novembre 2013

jeudi 21 novembre 2013

CGT Educ’action, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNETAP-FSU, SNALC FGAF, SNETAA-FO, SNCL FAEN, SUD Education, FIDL

Monsieur le Ministre,

Cela fait plus d’un an que vous avez annoncé des mesures « d’ajustement » de la réforme de la voie professionnelle. Parmi elles, la simplification des modalités d’évaluation du diplôme du baccalauréat professionnel prévue pour la rentrée 2014. Cette annonce fait suite aux nombreuses actions et interpellations (lettres, pétitions, ...) de nos organisations syndicales pour soulever les multiples problèmes liés à la mise en œuvre de la généralisation du CCF. Dans un rapport daté de mai 2012, l’inspection générale avait elle aussi mis en évidence certaines dérives. Ainsi « conçue pour être la modalité d’évaluation la plus fluide possible permettant de réduire les coûts des épreuves ponctuelles », elle constatait « sur ces deux points son échec dès [la] première session… »

La rentrée 2014 se prépare et nos organisations syndicales n’ont eu de cesse de vous demander d’ouvrir rapidement des discussions. Or la DGESCO annonce le passage des textes concernant les évaluations en Bac Pro devant le CSE du 12 décembre prochain sans qu’aucune consultation n’ait eu lieu. Nous n’acceptons pas ce passage en force. Nous demandons une remise à plat de l’ensemble des modalités d’évaluation. Nous insistons sur deux revendications fortes portées par nos organisations : le retour au caractère national des diplômes (cadrage national des sujets et des épreuves, anonymat et l’équité des candidat-es) et une amélioration des conditions de travail des personnels.
Nos organisations considèrent que ce sujet ne doit être traité dans la précipitation. Nous vous demandons d’ouvrir des négociations sur ce sujet comme sur l’ensemble des questions liées à l’enseignement professionnel public. Cela nécessite de repousser, le temps qu’il faudra, l’étude des textes prévue au CSE du 12 décembre, de nous transmettre rapidement les propositions de « simplification du CCF » que vous envisagiez et d’organiser au plus vite une concertation des personnels, des organisations syndicales et des usagers.
Il serait en effet incompréhensible que le dialogue que vous prônez pour tous les autres sujets ne s’applique pas à l’enseignement professionnel public, sauf à penser que celui-ci n’en vaut pas la peine.
C’est pourquoi nous insistons sur la nécessité de permettre cette réflexion dans les établissements avec l’ensemble des enseignant-es. Cette réflexion doit également être menée au plus près des lycéens et de leurs organisations.
Nous vous rappelons en outre qu’il est impératif d’accompagner les enseignant-es dans les changements en mettant en place les formations nécessaires à leur mise en œuvre.
Nous restons à votre disposition, pour vous exprimer les fondements de nos requêtes.
Il est urgent de nous entendre !

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Documents joints

Lettre intersyndicale au MEN concernant les (...)
Lettre intersyndicale au MEN concernant les (...)
novembre 2013