Massacre des Lycées pro

jeudi 31 mai 2012

Selon les académies, les moyens sont différents mais le résultat est le même  : fermeture de sections et de postes !

Académie d’Amiens : on mise sur les LP industriels. Comment ? En supprimant des postes !

Il est prévu une perte de 6,2% des élèves des LP publics contre 2% dans les LP de l’enseignement privé sous contrat. Il s’agit donc de dégraisser : 114 postes en moins chez les PLP, soit 5,4% de l’effectif total.

Regroupements et bourrage de classes ?

L’objectif académique affiché est de ne pas encourager le recrutement dans les sections qui mènent au chômage, à savoir les sections vente et commerce, pourtant prisées par les élèves. Trois divisions de secrétariat et de comptabilité seront ainsi remplacées par une demie division « Accueil Relation Clients Usagers » et par une division « Sécurité Prévention ». Tous les moyens devraient donc être mis dans le secteur industriel, puisqu’on sait qu’elles n’ont pas le vent en poupe auprès des jeunes. En guise de moyens, il s’agit de continuer à regrouper en enseignement général les sections à faible effectif, et à « bourrer les classes » dans les sections non regroupées, alors que l’on sait bien que c’est le meilleur moyen de dégoûter les jeunes de la formation professionnelle.

Il n’y a plus rien à économiser en heures d’enseignement général, sauf à enlever encore des heures d’enseignement aux élèves…

Donc ?

Il faut maintenant gratter du côté des professeurs d’enseignement professionnel. Après les suppressions de postes en mécanique, c’est le tour de l’électrotechnique et l’électronique à la prochaine rentrée. Certains enseignants de ces disciplines vont se retrouver sans poste et les conditions de travail vont s’aggraver pour les enseignants qui restent ! Cela ressemble de plus en plus au management type « France Télécom ».

Et l’apprentissage public ?

Il s’est installé, via le CFA académique, dans douze LP et lycées polyvalents de l’académie, avec en général une section par lycée. Deux LP ont deux ou trois sections. On ne peut pas dire que ce soit un franc succès et certains LP doivent fermer les formations en apprentissage, faute de recrutement.

Académie Nord Pas de Calais ? Des parcours mixés = casse-tête (1+2) ou (2+1)

Le Conseil régional du Nord-Pas de Calais vient de donner le feu vert au pourtant très sarkozien projet d’alternance en Terminale Bac professionnelle.

Pour la rentrée 2012, plusieurs demandes de Bac Pro 3 ans ont intégré un projet de parcours mixte (1 + 2) (une année voie scolaire, les deux suivantes en apprentissage) ou (2 + 1) (2 années voie scolaire, la troisième en apprentissage), le CFA académique a présenté 8 projets en parcours mixte (1 + 2). Le Vice-Président en charge de l’Apprentissage a été très clair : défavorable sur la formule (1 + 2) et favorable à la formule (2 + 1).

Pour la Région, cette dernière solution constitue, dans certains cas, le seul moyen permettant le maintien de formations initiales publiques débouchant sur l’insertion professionnelle. La consolidation de certains lycées professionnels en perte sévère d’effectif, est, par ailleurs, envisageable par le développement ou la création d’une unité de formation par apprentissage…

En commission régionale, le 16 mars, les 8 projets (1 + 2) du CFA académique ont reçu un avis défavorable, à l’exception d’un cas très spécifique, un Bac Pro filière bois. Ce projet s’inscrit soi-disant dans une démarche stratégique de soutien et de développement de la filière en accord avec la communauté éducative du lycée. Cette ouverture est proposée à titre expérimental, donc devrait s’inscrire dans la durée …

Quand une volonté politique conjuguée État Région se ligue pour détruire la formation initiale sous statut scolaire, fort est à parier que beaucoup de LP vont être en perte sévère d’effectifs, et en voie accélérée de disparition.

En parallèle, la décision de la fin de la gratuité des transports pour les lycéen-nes limite aussi la mobilité des élèves, et conforte la légitimité de la suppression de 503 postes.

Quand on doit payer pour se rendre à l’école pour intégrer une classe de plus de 32 élèves dans une spécialité que l’on n’a pas choisie, certes, l’entreprise et l’apprentissage apparaissent une option séduisante.

Et malgré la propagande quotidienne médiatique et politique, non, l’apprentissage n’est pas une réponse au chômage des jeunes.

Académie de Caen ? Fermeture de 105 postes en LP

Lors du CAEN, le rectorat présentait la carte des formations pour la prochaine rentrée. Les élus régionaux, les représentants des parents d’élèves et les représentants des personnels ont voté contre cette proposition alors que, pour la première fois, les représentants du patronat, dans le domaine industriel, s’abstenaient. Les représentants du patronat ont avancé l’argument selon lequel ils ne trouvent plus de personnels qualifiés alors que les emplois industriels représentent encore 20% en Basse-Normandie. En effet, depuis la fermeture des sections en vue de leur regroupement par pôles ou d’un remplacement par une section d’apprentis, certains bassins d’emploi ne disposent plus de personnels qualifiés dans les domaines concernés. Il y a inadéquation entre les propositions de formation et le bassin d’emploi.

Les représentants de la Région ont rappelé que les effets induits sont catastrophiques :
- pour les jeunes qui voient leurs conditions d’études se dégrader (diminution de l’offre éducative, classes surchargées, décrochages…) ;
- pour les familles contraintes de financer des déplacements et des frais d’hébergement toujours plus importants, quand elles le pourront !
- pour les lycées et les communautés éducatives qui ne comprennent pas ces choix remettant en cause leur vocation de service public ;
- pour les territoires en termes d’aménagement, de cohésion et de dynamisme économique ;
- pour la Région, en termes de finances publiques, qui investit chaque année pour rénover, entretenir des bâtiments et équiper des établissements permettant une offre éducative de qualité.

Parcours mixés, regroupement de sections au sein d’une même classe, un seul pôle géographique par académie, CFA publics… autant de techniques qui pourront être utilisées dans d’autres académies pour préparer la rentrée 2013 et continuer la destruction des LP et de l’emploi public. Le parcours mixés et le tout apprentissage seront des armes efficaces pour diminuer le nombre des PLP par 3 ou 4 !

Commission Enseignement Professionnel