Mobilisation de l’éducation prioritaire, grève le 29.

Après le succès du 17, construisons un mouvement national !
lundi 21 novembre 2016
mis à jour mardi 22 novembre 2016

Une mobilisation qui devient nationale

Lancée en mai par les collègues de plusieurs lycées généraux, technologiques et professionnels, la mobilisation regroupe désormais 79 établissements qui ont signé l’appel « Touche pas à ma ZEP » dans les académies d’Aix­ Marseille, Amiens, Créteil, Grenoble, Montpellier, Nancy­ Metz, Orléans­-Tours, Toulouse et Versailles.
La mobilisation continue de s’amplifier, avec des taux de grévistes de plus de 80% dans certains établissements.
L’appel à la grève nationale le 17 novembre, soutenu par des intersyndicales en région parisienne et sur l’académie de Marseille, a été un succès avec un élargissement géographique, quantitatif et qualitatif puisque des écoles et des collèges des réseaux REP sont entrés dans l’action.
Une nouvelle journée est appelée le mardi 29 novembre par les AG d’Ile de France et d’Aix Marseille. Une proposition de reconduction à partir de cette date est mise en débat dans les établissements.

Une ministre empêtrée dans ses contradictions

La ministre a déclaré successivement en avril 2016, que l’éducation prioritaire « ne concernait que l’enseignement obligatoire c’est à dire l’école et le collège ». Puis devant la montée de la mobilisation en lycée, elle a tenté d’acheter la paix sociale, en prolongeant pour les enseignant-e-s en poste les indemnités, avant de reconnaître le 2 novembre devant les parlementaires que les personnels des lycées ex ZEP avaient raison « et qu’il faudrait aller plus loin après 2017 ».
Les reculs finalement concédés pour éteindre l’incendie avant le 17 n’ont pas convaincu :
- ni la prolongation jusqu’en 2019 des indemnités,
- ni des bonifications pour les seuls personnels en poste.
Ces tentatives pour diviser le mouvement sont pitoyables et ne répondent pas aux revendications des personnels.

La communication gouvernementale prise en défaut

Alors que le système scolaire reste socialement très inégalitaire, ce gouvernement poursuit la destruction de l’éducation prioritaire, à la fois en écartant les lycées du dispositif mais aussi en réduisant les moyens dans de nombreuses écoles et collèges REP et REP+. Pour nous cela n’a rien d’une véritable réforme de l’éducation prioritaire.
C’est cette propagande ministérielle dans les grands médias qui doit servir à présenter un bon bilan dans l’éducation nationale lors des élections qui est prise en défaut !

Pour une vraie éducation prioritaire on peut gagner !

Dans ces conditions nous pensons que si la mobilisation s’amplifie nous pouvons gagner des mesures pour une véritable éducation prioritaire. L’appel “Touche pas à ma zep” revendique « un statut d’établissement classé, une carte élargie de l’éducation prioritaire pour les lycées avec la garantie d’effectifs limités, des moyens supplémentaires et des compensations spécifiques pour l’ensemble des personnels, assurant ainsi la stabilité des équipes. » L’appel du 17 du collectif s’adresse clairement à toute l’éducation prioritaire, lycées mais aussi collèges et écoles des REP et REP+ qui ont en fait les mêmes besoins.
SUD éducation soutient les revendications décidées démocratiquement par les personnels en AG régionale et leur appel à la grève le 29 novembre avec débat de la reconduction.
SUD éducation appelle à amplifier et généraliser la mobilisation pour l’éducation prioritaire.
SUD s’est adressée le 18 novembre aux autres fédérations de l’éducation pour construire un soutient intersyndical national à cette mobilisation et à la grève.

- Maintien des lycées dans l’éducation prioritaire !
- De véritables moyens pour l’ensemble de l’éducation prioritaire !

Pour contacter le mouvement :
www.facebook.com/touchepasmazep/

Pour signer la pétition
www.frama.link/lyceesprioritaires

Documents joints

com_lycee_zep 29 _novembre_2016_v4_1
com_lycee_zep 29 _novembre_2016_v4_1