Non à une réforme du collège soumise aux logiques de l’employabilité, pour un collège unique polytechnique pour toutes et tous

Communiqué de la fédération SUD éducation du 26 janvier 2015
lundi 26 janvier 2015
mis à jour mardi 10 février 2015

La ministre de l’Éducation nationale a donné de premières indications concernant la réforme du collège qui devrait être précisée dans les prochaines semaines. SUD éducation rappelle son attachement au collège unique, son opposition à faire de l’école une antichambre de l’entreprise et son scepticisme face à l’importance accordée au numérique et au rôle qu’on veut lui donner.

En effet, l’implication financière et pédagogique de l’État dans le numérique pose question : logiques économique et managériale, flicage des élèves et des personnels, partenariats avec des entreprises privées, appel à des prestataires privés, promotion de logiciels et formats propriétaires au détriment des logiciels et formats libres...

L’ouverture d’un chantier des métiers et le futur « parcours de découverte du monde professionnel » ayant pour but de stimuler « l’esprit d’entreprendre » des élèves, en les plongeant dès le collège dans le monde de concurrence et de compétitivité des entreprises, est pour nous aux antipodes de l’objectif émancipateur de l’école.

SUD éducation revendique une ouverture sur le monde qui ne se limite pas à l’entreprise. La vie ne se réduit pas à l’emploi et les élèves à de futur-e-s travailleuses et travailleurs. Les élèves pourraient en revanche être incités à découvrir d’autres milieux (militant, associatif, syndical, politique...). Nous contestons le statut de stagiaire positionnant les élèves dans une logique d’emploi.

Nous contestons aussi l’argumentation fallacieuse qui conduit à instrumentaliser les problèmes de décrochage et les difficultés scolaires pour justifier l’abandon du principe d’égalité d’accès à l’éducation de toutes et tous.

SUD éducation continue de revendiquer un collège et un lycée uniques avec un enseignement polytechnique pour toutes et tous basé sur des pédagogies coopératives et émancipatrices.

Nous nous opposons donc à toute logique qui conduirait à la mise en place de filières différenciées, induites en creux par la notion de tronc commun partiel, et qui conduirait à une hiérarchisation de fait des formations dès le collège.

Documents joints

Non à une réforme du collège soumise aux (...)
Non à une réforme du collège soumise aux (...)
Communiqué de la Fédération SUD éducation 26 janvier 2015