Non aux violences et aux agressions policières, à la répression du mouvement social ! Pour le retrait du projet de loi travail !

lundi 11 avril 2016
mis à jour mardi 12 avril 2016

La Fédération SUD Education proteste vivement et dénonce de toutes ses forces les violences et les agressions policières. Il est scandaleux et inadmissible que le gouvernement utilise la répression policière pour faire taire la contestation.

Depuis le début du mouvement de lutte contre la loi Travail de nombreuses violences policières sont à déplorer avec un usage sans retenue des gaz lacrymogènes, des coups de matraques, de poings et de violentes arrestations. Les interventions policières dans les universités, dans les lycées, dans les manifestations ont le même objectif : empêcher la mobilisation de se développer.

Ainsi, la journée du 9 avril a donné lieu à Paris à des attaques de la police à l’arrivée de la manifestation : des centaines de manifestants et manifestantes ont été pris.e.s en étau, des cortèges ont été cassés, empêchés de finir le défilé. La violence et la provocation policières ont déferlé, avec un usage sans retenue des gaz lacrymogènes et des coups de matraques. Des blessé.e.s sont à déplorer, ainsi que des arrestations. L’attirail policier est de plus en plus lourd : hélicoptère, drônes, mitraillettes…

Les discours et les pratiques autoritaires et sécuritaires ne feront pas taire la résistance sociale. L’instrumentalisation par le gouvernement des horribles attentats contre la population pour tenter de légitimer la répression envers cette même population est abjecte.

La Fédération réitère son exigence du retrait pur et simple du projet de loi Travail. Elle exige l’arrêt des répressions violentes, des interpellations sauvages, ainsi que des poursuites judiciaires en cours.

Non aux violences policières !

Amplifions le mouvement jusqu’au retrait de la loi Travail !

Fédération SUD Education

Documents joints

PDF - 100.6 ko
PDF - 100.6 ko