Contournement des programmes de 1ere en SES et en Histoire-géographie : SUD Éducation soutient les appels de l’APSES et « d’Aggiornamento » !

mardi 28 juin 2011

Contournement des programmes de 1ere en SES et en Histoire-géographie :
SUD Éducation soutient les appels de l’APSES et « d’Aggiornamento » !

SUD Éducation soutient les appels au contournement des programmes de 1ere lancés par l’APSES en Sciences Économiques et Sociales et par un collectif de collègues sur le site « Aggiornamento » en histoire géographie.
Nous invitons nos militant-e-s, adhérent-e-s et l’ensemble des collègues à œuvrer le plus collectivement possible pour une autre mise en œuvre de ces programmes dans leur établissement.

Nous considérons que ces programmes sont infaisables.

En histoire géographie, avec 48 études pour 4 heures de cours hebdomadaires sur 30 semaines de cours effectifs cela revient à ne consacrer que 2,5 heures en moyenne, évaluation comprise. L’appropriation pour tous et la préparation aux épreuves anticipées du bac en série S deviennent une gageure. C’est pour nous la conséquence caricaturale du programme de tronc commun s’arrêtant désormais en fin de 1ere.

En SES, il y a encore 36 thèmes où s’empilent 128 notions. A raison de 5 heures de cours par semaine pendant 30 semaines, chaque thème devra être traité en 4 heures maximum, Au final, les mêmes causes (précipitation, cloisonnement, pédagogie des préalables) ont produit le même défaut : une dérive encyclopédique qui ne tient pas compte du temps nécessaire pour les apprentissages méthodologiques et les évaluations.
Quand les professeurs et leurs élèves auront-ils le temps de pratiquer une pédagogie active ?

Les contenus nous paraissent à bien des égards contestables.

En histoire, le tronc commun « couvrant » la période 1850-2000 a nécessité des coupes sombres et des regroupements contestables. Ainsi disparaissent les idéologies du XIX° siècle, le mouvement ouvrier, le régime de Vichy et l’histoire politique et sociale de la France depuis 1962….! Quelle formation du « citoyen » dans ce cadre ? Tous ces thèmes ne sont d’ailleurs pas réintroduits en terminale, où l’enseignement obligatoire de cette discipline n’est plus assuré en S. La formation aux grands enjeux géographiques attendra la terminale, mais pour les seuls L et ES et avec une complexité des intitulés en histoire inadaptée aux lycéens !

En SES, c’est toujours une vision dogmatique avec une « pédagogie des préalables » qui préconise d’aller du simple au complexe, en commençant par l’apprentissage des « outils conceptuels et analytiques propres à chaque discipline ». Le découpage économie/sociologie/science politique interdit d’étudier un certain nombre d’objets sous ce triple angle et consacre la séparation disciplinaire contraire à l’esprit même des SES. A coté de cela, des débats sont occultés ou orientés. Enfin des questionnements sont calqués sur des problématiques universitaires trop distantes des questions posées aujourd’hui par le fonctionnement de la société."

SUD éducation s’est opposé à ces programmes de 2009 à 2011, notamment lors de leur présentation au Conseil supérieur de l’Éducation.
Pour SUD Éducation ces programmes s’inscrivent pleinement dans la reforme du lycée que nous contestons : réductions horaires, reprise en main idéologique et contenus plus sélectifs socialement car plus difficiles à s’approprier par les élèves des milieux populaires.
C’est pourquoi ils ne doivent pas être mis en œuvre tels quels et devront être revus et réécrits dans le cadre d’un lycée entièrement repensé.

Documents joints

communiqué programmes HG et SES
communiqué programmes HG et SES

Navigation

Articles de la rubrique