Pierre Stambul interpellé violemment et mis en garde à vue suite à dénonciation calomnieuse

les différentEs responsables de ces pratiques scandaleuses devront rendre des comptes
mardi 9 juin 2015
mis à jour mercredi 10 juin 2015

La Fédération SUD éducation proteste vigoureusement contre l’interpellation violente et la mise en garde à vue de Pierre Stambul, militant de la tendance intersyndicale Émancipation, de la FSU, de l’UJFP et engagé dans la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions, aux côtés de qui nous militons très régulièrement.

Nous relayons ici les communiqués de la tendance Emancipation et de l’UJFP.

Communiqué Emancipation (tendance intersyndicale) mardi 9 juin, 12 heures

Pierre Stambul interpellé violemment et mis en garde à vue suite à dénonciation calomnieuse : les différentEs responsables de ces pratiques scandaleuses devront rendre des comptes

Nous venons d’apprendre que, cette nuit, à 3 h50, le Raid avait fait irruption violemment au domicile de notre camarade Pierre Stambul, cassant les portes, le ligotant sur une chaise et plaquant sa compagne au mur. Pierre Stambul est co-Président de l’Union Juive Française pour la Paix. Il est aussi militant de la FSU, participe à ses instances nationales, et il est l’un des animateurs de la tendance intersyndicale Emancipation.
Les forces de police ont mis en oeuvre les méthodes qu’elles utilisent d’ordinaire pour la neutralisation d’un terroriste retranché armé : portes cassées, et devant les voisins interloqués recherche immédiate de caches d’armes.

N’ayant bien sûr rien trouvé, le Raid n’en a pas moins appelé la police nationale qui a emmené Pierre menotté.

Pierre a été relâché après 7 heures de garde à vue, suite aux innombrables interventions exigeant sa libération. Emancipation est intervenue directement en direction du commissariat et indirectement en sollicitant l’appui des syndicats et associations où ses militantEs interviennent.

A l’évidence, Pierre a été victime d’une provocation, d’une dénonciation calomnieuse organisée pour lui interdire d’assurer une intervention publique prévue ce soir à Toulouse par l’UJFP et le comité BDS (Boycott, Désinvestissement Sanctions tant que l’Etat d’Israël ne se conforme pas au droit international). Ce n’est pas la première fois puisque déjà 4 militantEs de la cause palestinienne ont eu à subir ce type de dénonciation calomnieuse et à chaque fois l’intervention du RAID, ce qui montre que la hiérarchie policière et les politiques qui lui donnent leurs ordres ou bien sont incapables d’actualiser leurs pratiques ou bien sont objectivement complaisants avec les activistes dénonciateurs.

Que de telles provocations puisse être organisée par des individus refusant toute critique de la politique menée par l’Etat d’Israël n’est guère étonnant. Cela n’en est pas moins intolérable, comme est intolérable et scandaleuse l’utilisation de la police et du RAID, avec leurs méthodes usuelles, pour mettre en œuvre le but recherché par le ou les provocateurs : intimider, interdire la libre parole, développer en France une police politique…

Nous apportons tout notre soutien à notre camarade Pierre et nous veillerons à ce que les responsables de cette provocation soient poursuiviEs, de même que les responsables de la hiérarchie policière et les responsables politiques et administratifs (ministère de l’intérieur, préfecture…) qui ont mis en œuvre, en toute conscience, cette opération inacceptable et scandaleuse ; et à ce que soient dissouts les groupuscules violents de l’extrême droite sioniste comme la LDJ, qui a, la veille de cette provocation ont menacé personnellement Pierre Stambul.

L’équipe responsable d’Emancipation tendance intersyndicale


Communiqué de l’Union Juive Française pour la Paix

Pierre Stambul notre co-président arrêté par le RAID cette nuit et gardé à vue pendant 7 heures

Il est 1 h 30. Le téléphone fixe sonne longuement. Pierre décroche : personne au bout du fil.

À 3h 50 il entend du bruit et des voix à sa porte. Il sort. Le Raid lui tombe dessus. Il reste menotté pendant une heure. Sa compagne qu’il est censé avoir assassinée est là, mais cela ne les calme pas.

Le commissariat du 8ème arrondissement prend le relais.

Pierre restera en tout sept heures en garde à vue. Il ne sera interrogé qu’une fois. Il sortira vers 11 h sans aucune excuse avec plusieurs portes défoncées.

Ce n’est pas la première fois que l’on s’en prend ainsi aux militants de la solidarité avec la Palestine. Ce mode opératoire nous rappelle celui du hacker franco-israélien Grégory Chelli alias Ulcan qui a déjà défrayé la chronique.

Il vise clairement à empêcher le développement de la campagne BDS et à tenter de bâillonner l’expression d’une voix juive pour la justice et l’égalité des droits.

Nous tenons à remercier toutes les nombreuses personnes et associations qui nous ont témoigné ce matin leur solidarité.

Ces intimidations ne nous ferons pas taire, bien au contraire, elles prouvent la faiblesse de ceux qui veulent entraîner les Juifs dans une voie suicidaire, celle de l’apartheid et de la négation du droit international.

La réunion de Toulouse de ce soir organisée par l’UJFP aura bien lieu avec Pierre au lieu et à l’heure prévue.

Le Bureau national de l’UJFP le 09-06-2015 à 18h40