Pour la relaxe des 9 prévenu-es de Poitiers

dimanche 12 novembre 2017

La fédération Sud éducation exige la relaxe des neuf prévenu-es de Poitiers, victimes de répression pour s’être mobilisé-es contre la loi Travail 1.

Face à la répression, la solidarité est notre arme !

En 2016, s’est déroulée une importante mobilisation contre la loi travail El Khomri dans toute la France. À Poitiers, l’intersyndicale réunissant CGT-FO-FSU-Solidaires-CNT.SO-Unef-SGL avait appelé le 19 mai à une manifestation jusqu’à la gare. À cette occasion, environ 500 personnes ont investi pendant près de deux heures l’enceinte de la SNCF. La Police s’est installée sur les voies, puis, à l’appel de l’intersyndicale, les manifestant-es ont poursuivi la manifestation jusqu’à la place de la gare de Poitiers. Cette action collective s’est effectuée dans le calme et sans aucune dégradation. Or, onze manifestant-es ont été convoqué-es au commissariat de Police en juin 2016. Ainsi, sur 500 manifestant-es dans l’enceinte de la SNCF, onze sont entendu-es, tout-es connu-es pour leur militantisme politique et/ou syndical. Ce choix, pour le moins sélectif, ne participe-t-il pas de la stratégie « diviser pour mieux régner » ?

Dans l’enceinte de la SNCF, nous y étions ou nous aurions pu y être !

Le jour de la convocation, Solidaires 86 avait appelé à un rassemblement devant le commissariat de Poitiers pour dénoncer ce ciblage politique qui participe de la criminalisation des mouvements sociaux et tente d’affaiblir l’unité dans les luttes.
Suite à cette enquête policière très orientée, neuf des onze manifestant-es sont convoqué-es par le juge devant le tribunal correctionnel le 17 novembre 2017. Parmi les neuf prévenu-es se trouvent deux syndicalistes Sud, le secrétaire de Sud éducation et Recherche 86 et celui de Sud PTT 86, les sept autres prévenu-es sont tout-es militant-es politiques anticapitalistes et/ou libertaires. Les neuf prévenu-es sont accusé-es d’avoir « pénétré, circulé, ou stationné, sans autorisation, dans les parties de la gare SNCF non affectées à la circulation publique ». Elles et ils encourent une peine d’emprisonnement d’un an et une amende de plusieurs milliers d’euros ! De plus, des frais de justice sont et seront engagés.

Solidaires, nous revendiquons leur relaxe.

La fédération Sud éducation appelle les militant-es et organisations syndicales, politiques et associations à manifester leur solidarité, envers les camarades convoqué-es, par un soutien à la fois politique et financier et à participer aux actions de soutien.

SIGNEZ LA PETITION : http://9depoitiers.wesign.it/fr

Halte à la criminalisation des mouvements sociaux et à la répression, à Poitiers comme ailleurs !
Dans l’enceinte de la SNCF, nous y étions ou nous aurions pu y être !

Relaxe pour les neuf personnes convoquées devant le tribunal correctionnel le 17 novembre !

TOUTES ET TOUS AU RASSEMBLEMENT LE 17 NOVEMBRE dès 9h00 devant le palais de justice pour apporter votre soutien aux personnes poursuivies.
Suivre l’actualité sur le blog : https://soutienpoursuiviespoitiers.noblogs.org/

Fédération Sud éducation

Navigation

Articles de la rubrique