Pour le réemploi et la titularisation de tous les précaires

samedi 25 mai 2013

Le mercredi 5 juin, la fédération Sud Éducation appelle tous les collègues à se rassembler devant les rectorats de toutes les académies de France Des délégations demanderont à être reçues ce jour pour évoquer auprès des recteurs les conditions de travail alarmantes des personnels non-titulaires et peser sur les renouvellements de ces derniers Dans l’Éducation nationale et plus largement dans la fonction publique, malgré le changement de gouvernement, le nombre de précaires ne cesse d’augmenter La Fédération Sud Éducation appelle les personnels non-titulaires, titulaires, enseignants, non enseignants à se mobiliser collectivement ce jour-là !

Derrière les discours sur la refondation de l’école, les chiffres sur les conditions d’emploi des agents de l’Éducation nationale sont eux sans équivoque. Plus de 170 000 d’agents non titulaires travaillent au sein de l’Éducation nationale, ce qui en fait, de loin, le premier employeur de précaires :
- plus de 70 000 agents contractuels et vacataires (enseignant-es /administratifs) qui enchaînent au fil des années les contrats de travail au mépris du code du travail ;
- plus de 55 000 contrats aidés (CUI), embauchés pour 6 ou 10 mois puis remerciés sans avoir pu bénéficier de la moindre formation pourtant prévue par la loi ;
- plus de 50 000 assistant-es d’éducation travaillant à temps partiel.

Par ailleurs, les derniers projets ministériels ne se privent pas de créer de nouveaux précaires :
- 500 assistant-es de prévention et sécurité pour des contrats de moins d’un an dans les cadres d’emploi des assistant-es d’éducation ;
- 18 000 « emplois d’avenir professeur-es » (6000 par an) en CUI-CAE d’un an renouvelable 3 fois.

Nous ne pouvons nous contenter de la loi Sauvadet du 12 mars 2012 prétendant résorber la précarité. Elle exclut de fait la plupart des contractuel-les de l’Éducation nationale : assistant-e-s d’éducation, auxiliaires de vie scolaire, assistant-e-s pédagogiques…et ne concerne en réalité que 17% des non-titulaires !

Qu’elles/ils soient en remplacement ou dès la rentrée sur des postes vacants du fait de la pénurie de personnels titulaires, les conditions d’exercice et de rémunération de ces personnels n’ont cessé de se dégrader.

Le statut de fonctionnaire titulaire doit être la norme de l’emploi dans la Fonction Publique [1].

Toute cette précarité fragilise le service public, toute cette précarité engendre souffrance et pauvreté, toute cette précarité doit cesser !

Mobilisons-nous le mercredi 5 juin devant les rectorats de nos académies pour réclamer le réemploi et la titularisation de tous les personnels non-titulaires sans condition de concours ni de nationalité


Arrêt du recrutement de
travailleurs et travailleuses
précaires !

À travail égal, salaire égal
et statut égal !

Fédération Sud Éducation


[1Article 3 de la loi Nº83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires dite loi Le Pors.