Pour une autre école : égalitaire, émancipatrice et laïque !

Sud éducation Côtes d’Armor
jeudi 4 septembre 2014

• Pour un financement équitable des écoles, pour un financement national du service public d’éducation, indépendant des inégalités entre communes.
• Pour la défense de l’enseigne- ment public et laïc.
• Pour un droit des élèves à la continuité d’enseignement :
remplacements systématiques et stables par des titulaires.
• Pour une école qui revendique et assure les droits à l’égalité filles-garçons et lutte contre toutes les formes de discrimination.
• Pour une prise en charge de la difficulté scolaire par l’Éducation nationale sur le temps de classe avec des réseaux d’aide complets.
• Pour une autre réforme des rythmes sans territorialisation de l’éducation ni annualisation du temps de travail.

Repenser l’évaluation et les programmes

• Des programmes qui favorisent l’expérimentation, l’esprit critique, la coopération.
• Des programmes qui ne hiérarchisent pas les domaines de connaissance (abandon du socle commun - Abandon du livret personnel de compétences, réaffirmation de l’importance de toutes les disciplines).
• Les pratiques artistiques et sportives doivent être maintenues sur le temps scolaire.

Éducation spécialisée :

• Une véritable formation ASH.
• Handicap : il faut repenser la loi de 2005.
• Des RASED complets partout !
• Formation et titularisation à temps complet des personnels d’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Direction d’école :

• La fonction de direction doit pou- voir être prise en charge collective- ment.
• Renforcement du rôle du conseil des maîtres et maîtresses (prise de décisions, prise d’initiatives...).

SEGPA : 18h !

Pour une meilleure inclusion des élèves de SEGPA au sein des collèges : du temps et des projets communs avec les autres élèves.
Pour une formation adaptée des enseignant-es intervenant en SEGPA.
• Comme pour les autres professeurs, 18 h pour tout-es les enseignant-es de SEGPA !

Enseignant-es : 18h + 6h :

Pour les professeur-es des écoles : 18 h devant élèves + 6 h de concertation, travail en équipe... sans porter atteinte au principe de polyvalence qui permet une vision globale du fait éducatif.
Conséquences : plus de PE que de classes, plusieurs PE par groupe d’élèves, renforcement du travail en équipe, regard croisé sur les élèves et les pratiques...