Pour une écoute syndicale

Contre la « souffrance au travail », la prise de parole sur le travail

La scène se passe dans un établissement public d’enseignement supérieur qui a connu ces dernières années de nombreuses et profondes restructurations (fusion d’établissements, passage aux « Responsabilités et Compétences Élargies » prévues par la loi LRU...). L’expérience relatée est celle de la section SUD Éducation de l’établissement.

Cette contribution (passionnante) a été mise en ligne ici, sur le site internet de Variations, revue internationale de théorie critique.

Le sommaire de la contribution :

Chronique d’un apprentissage syndical
- Une réalité qui s’impose
- La prise en charge institutionnelle de la souffrance au travail : une approche piégée
- Pour une écoute syndicale
- De la libération de la parole à l’action collective
- Mandibule puissante

Difficultés
- Se protéger comme « écoutant-e »
- Créer des espaces-temps identifiés pour la parole : la permanence comme moment privilégié
- Conséquences sur la section syndicale
- Hostilité d’autres syndicalistes

En guise de conclusion : Prendre la parole... et la garder ?