Profession de foi pour les Assistant-e-s de Services Sociaux

Contre une politique de régression scolaire, choisissez SUD éducation

PDF - 973 ko
Profession de foi AS

Rien de ce qui a été mis en place par les gouvernements de droite n’a été remis en cause depuis 2012. Aussi, SUD éducation continue de dénoncer les atteintes à la déontologie et au secret professionnel des Assistant-e-s de Services Sociaux.

La généralisation des politiques sécuritaires, la loi dite de prévention de la délinquance, les différentes lois sur l’entrée des étrangers sur le territoire tentent d’instrumentaliser les travailleurs sociaux.

Nous ne voulons être ni la police des familles, ni des auxiliaires d’une entreprise de quadrillage des populations les plus fragiles.

Nous dénonçons les recrutements de salariés précaires quand moins de 100 postes ont été créés en 10 ans et qu’il manque près de 500 AS pour couvrir les besoins des établissements.

Quand le gouvernement poursuit une politique d’austérité et de remise en cause des services publics, nous sommes inquiets pour l’avenir de nos métiers et nous réaffirmons notre volonté de maintien des Assistant-e-s de Services Sociaux dans l’Education nationale et donc dans la fonction publique d’Etat.

Les droits individuels et collectifs sont ouvertement remis en cause. Les moyens mis à notre disposition pour exercer nos missions sont sans cesse réduits (formation, documentation, concertation…). L’administration se trouve incapable de payer les frais de déplacements selon les règles qu’elle fixe. Les responsabilités et la charge de travail imposées aux personnels n’ont cessé d’augmenter, sans les recrutements pourtant nécessaires.

La précarité accrue en lieu et place de vraies missions professionnelles, voilà ce que le ministère répond à nos interrogations sur l’avenir de nos missions auprès des élèves, des étudiants et des personnels.

Contre le blocage des salaires, pour des augmentations uniformes : 400 € pour tous. Contre un déroulement de carrière lié à l’arbitraire de « l’évaluation-notation », nous revendiquons une même carrière pour tou-te-s et l’accès immédiat de toutes et tous au cadre A de la fonction publique d’Etat.

Voter SUD éducation, c’est renforcer un syndicalisme qui n’isole pas les travailleuses et travailleurs de l’Education nationale chacun-e dans leur catégorie. Dans un contexte de régression sociale, c’est affirmer la nécessité d’un syndicalisme intercatégoriel et interprofessionnel.

Élections professionnelles du 27 novembre au 4 décembre 2014
Votez SUD éducation

Un syndicat qui lutte au quotidien
Un syndicat qui défend toutes et tous les salarié-e-s
Un syndicat pour un service public laïque
Un syndicat pour une école égalitaire et émancipatrice
Un syndicat Solidaire, Unitaire et Démocratique dans son projet et ses pratiques