Profession de foi pour les Ingénieur-e-s d’Etudes

Pour un syndicalisme intercatégoriel, de lutte et de solidarité, contre la casse du service public et de nos acquis sociaux, votez SUD !

PDF - 977 ko
Profession de foi
Ingénieur-e-s d’Etudes

Ingénieur-e-s d’études dans les services centraux de nos établissements, le « Nouveau management public » fait des ravages sur le contenu et l’organisation de nos tâches : réorganisations permanentes et contradictoires (après les PRES, les COMUE...), certifications ISO et procédurisations à outrance.

Ingénieur-e-s d’études dans les laboratoires, pour compenser la baisse des financements, nous sommes devenu-e-s de véritables chasseuses-eurs de prime, mis-e-s en concurrence avec les collègues des laboratoires voisins (ANR, LABEX...).

Pourquoi des élu-e-s SUD dans les commissions paritaires ?

➜ Les CAP sont consultées de manière systématique sur les titularisations ou prolongation de stage, mutations, promotions, détachements et intégrations et licenciement pour insuffisance professionnelle. Elles sont consultées en cas de désaccord entre le fonctionnaire et l’administration sur les temps partiel, demandes de formation, désaccord concernant l’évaluation, démission.

➜ SUD éducation combat le clientélisme et l’arbitraire. La présence de représentant-e-s qui veillent à la défense des personnels est primordiale pour obliger l’administration à débattre de ses critères d’attribution des promotions et à motiver ses décisions, y compris disciplinaires.

➜ SUD éducation défend la titularisation de toutes et tous sans condition.

Promotions

➜ SUD éducation défend les agents bloqués en bout de grille ou en sous-classement manifeste, et s’oppose à l’inverse aux avancements supersoniques de certains poulains de l’administration.

➜ SUD éducation combat les blocages internes aux services (agents jamais proposés, ou toujours mal classés) et les dérives manifestes de certaines Commissions Paritaires d’Etablissement.

➜ SUD éducation refuse que l’avenir professionnel d’un agent dépende de considérations gestionnaires ou comptables. Le seul critère recevable, c’est l’ancienneté et la prise en compte de la totalité de l’activité professionnelle antérieure.

➜ SUD éducation dénonce le gel des créations de postes qui, entre autre, entraine des perspectives de carrières ridiculement faibles, même pour celles et ceux d’entre nous qui sont surdiplômé-e-s.

Sanctions disciplinaires
➜ SUD éducation refuse que les sanctions disciplinaires soient un instrument de gestion du personnel.
➜ Dans la défense des cas individuels de collègues sanctionnés, nous mettons en évidence la situation concrète de l’agent dans son environnement hiérarchique et social, et tentons de démonter la mécanique du conflit (les causes profondes, les responsabilités réelles et les solutions possibles).

Accidents du travail et maladies professionnelles
➜ Face à une administration arc-boutée sur une approche comptable et froide des accidents et maladies, SUD éducation instruit les dossiers en coopération étroite avec nos représentant-e-s dans les CHSCT, afin de faire reconnaître la responsabilité des situations de travail dans la survenue de ces accidents ou maladies.

Avec Solidaires Fonction Publique nous œuvrons pour faire évoluer ces règles. Un des enjeux majeurs des années à venir sera de faire reconnaître la souffrance au travail comme cause probable de certaines pathologies et accidents.

Élections professionnelles du 27 novembre au 4 décembre 2014

Pour toutes ces raisons et pour permettre à SUD éducation de soutenir ces combats, votez et faites voter SUD éducation à la CAPN IGE et au CTM !

Un syndicat qui lutte au quotidien
Un syndicat qui défend toutes et tous les salarié-e-s
Un syndicat pour un service public laïque
Un syndicat pour une école égalitaire et émancipatrice
Un syndicat Solidaire, Unitaire et Démocratique dans son projet et ses pratiques