Régularisation immédiate et sans condition des sans-papiers de Lille

Communiqué de la fédération SUD éducation et appel unitaire "Faut-il mourir pour avoir des papiers ?"
dimanche 6 janvier 2013

Depuis le 2 novembre 2012, 52 sans-papiers sont en grève de la faim à Lille. Rassemblements à 18h00 tous les jours jusqu’à leur régularisation devant le siège du Parti Socialiste à Paris.

Communiqué de la fédération SUD éducation

Régularisation immédiate et sans condition des sans-papiers de Lille

Depuis le 2 novembre 2012, 52 sans-papiers sont en grève de la faim à Lille, pour obtenir le simple droit d’être sur le territoire où ils vivent. Leur vie est en danger. Le préfet et le gouvernement ne font rien pour sortir de cette situation. Pire, les sans-papiers en grève de la faim sont traqué-e-s, évacué-e-s des lieux, et le 30 décembre deux d’entre eux ont été expulsés vers l’Algérie à leur 59e jour de jeûne.

La fédération SUD éducation, signataire de l’appel commun « Faut-il mourir pour avoir des papiers ? » exige la régularisation immédiate et sans condition des sans-papiers de Lille, et appelle à manifester tous les jours jusqu’à leur régularisation, devant le siège du Parti Socialiste, 10 rue de Solferino à Paris, à 18h00.

Contre le racisme d’État et les expulsions d’étrangers : abrogation des lois anti-immigré-e-s, fermeture des centres de rétention, régularisation des Sans-Papiers

La situation des Sans-Papiers lillois-es est l’aboutissement paroxystique d’une politique anti-immigré-e-s qui se poursuit sans changements. Le gouvernement et Valls ont choisi de continuer dans la veine des précédents, avec une circulaire faussement appelée « de régularisation », très restrictive, qui continue à trier les étranger-e-s au cas par cas. Cette circulaire n’a pas force de loi (on ne peut s’en prévaloir devant un tribunal) et elle laisse toute latitude à l’arbitraire préfectoral. Valls a indiqué vouloir continuer la politique de quotas de ses prédécesseurs, en fixant à 30 000 par an les régularisations. Pour les « refusé-e-s », ce sera l’expulsion. Il faut mettre fin à cette politique.

Comme notre dernier congrès l’a rappelé en novembre 2012, la fédération SUD Éducation revendique :
- l’abrogation des lois anti-immigré-e-s, dont le CESEDA
- la protection des mineurs isolé-e-s étranger-e-s et des jeunes majeur-e-s scolarisé-e-s, l’arrêt de toutes les expulsions et les mêmes droits pour toutes et tous.
- la fermeture et destruction des Centres de Rétention
- l’arrêt de la stigmatisation des Étranger-e-s, en particulier l’abandon immédiat du statut dérogatoire des Bulgares et des Roumain-e-s
- le droit de vote pour tous les Étranger-e-s
- le retour à une véritable politique de l’asile (avec en particulier la suppression des pays dits ’’sûrs’’)
- la régularisation de tou-te-s les sans-papiers par la délivrance d’un titre unique de séjour
- la liberté de circulation et d’installation pour tous et toutes


Appel unitaire

Faut-il mourir pour avoir des papiers ?

Lundi 7 janvier sera le 67ème jour de grève de la faim des sans-papiers de Lille. Les choses sont désormais dramatiquement simples : des vies sont en jeu.

Or le gouvernement continue de jouer l’épreuve de force contre ces femmes et ces hommes dont le seul crime est d’exiger d’être traitéEs dignement. Il joue le pourrissement de la grève en refusant toute ouverture au risque d’un drame qui peut arriver à n’importe quel moment. Cette situation est indigne et humiliante. Elle doit cesser.

Le Parti Socialiste de François Hollande, Emmanuel Valls et Martine Aubry doit agir maintenant pour la régularisation immédiate et sans condition des sans-papiers de Lille.

Rassemblement Lundi 7 janvier et tous les jours suivants jusqu’à la régularisation des sans-papiers de Lille devant le siège du Parti Socialiste à 18H00 – 10 rue de Solferino – Metro Solferino (Ligne 12)

Documents joints

Régularisation immédiate et sans condition des (...)
Régularisation immédiate et sans condition des (...)
Communiqué de la fédération SUD éducation et appel unitaire "Faut-il mourir pour avoir des papiers (...)

Navigation

Mots-clés de l'article

Sur le Web