Rentrée 2014 : une nouvelle fois, des moyens insuffisants. Ça suffit comme ça : halte à l’austérité !

jeudi 4 septembre 2014

Le Ministère le reconnaît lui-même, les créations de postes vont essentiellement être absorbées par la formation initiale des enseignant-es et par la hausse démographique. Dans de nombreux départements, les créations de postes ne couvrent même pas la hausse démographique et cela se traduira par une hausse d’effectifs par classe. Dans tous les cas, nos conditions de travail et les conditions d’apprentissage de nos élèves, qui s’étaient tant dégradées, ne vont pas s’améliorer. L’austérité, c’est nous et nos élèves qui la payons.
Les réformes iniques vont entrer en vigueur. L’application des rythmes dès septembre a montré l’ampleur des dégâts dans les villes concernées : des conditions de travail dégradées, pour des élèves toujours plus désorienté-es et fatigué-es. La réforme de l’éducation prioritaire procède du tour de vis : faute de moyens alloués (350 millions d’euros, et encore par redéploiement !), le Ministère propose ses recettes habituelles... Quant à l’étendard de la réforme, la décharge de 1h30 dans les futures REP+, elle se transforme progressivement... en heures supplémentaires !
Pour obtenir les moyens nécessaires à une année scolaire décente, Sud éducation appelle l’ensemble des collègues à :
• Se réunir en AG d’établissements et de villes dès le jour de la pré-rentrée.
• Mettre en débat dans les AG la question des moyens et les perspectives de grève.
• Lutter collectivement contre les classes trop chargées.