Rythmes scolaires : la prime de la honte [Actualisation en PS suite à l’annulation de la prime]

Communiqué de SUD éducation Indre et Loire
jeudi 10 octobre 2013
mis à jour lundi 14 octobre 2013

Rythmes scolaires : la prime de la honte

94 euros, 12 centimes, c’est le montant de la prime que recevront (pour cette année seulement) les 135 directeurs des écoles dans les communes d’Indre-et-Loire qui ont adopté dès cette année la réforme des rythmes scolaires. C’est par une lettre envoyée en fin de semaine par le Directeur des services de l’Education nationale (DASEN) d’Indre-et-Loire que les directeurs d’école ont eu connaissance de cette prime pour bon et loyaux services.

Pour SUD éducation 37, celle-ci est honteuse, à plusieurs titres :

- elle témoigne du mépris du travail effectué par les directeurs qui depuis l’année dernière ont passé de longues heures en discussion avec les mairies, les parents, les différents intervenants et les enseignants autour de la dite réforme pour la comprendre, l’expliquer et la préparer. En ce début d’année ils dépensent une large partie de leur temps de direction pour la mettre en place et régler les nombreux problèmes qu’elle pose concrètement.

- elle témoigne du mépris des directeurs d’école dont les communes ont décidé d’adopter la réforme en 2014, et qui font sur le terrain dès aujourd’hui exactement le même travail de préparation et de mise en place que leurs collègues.

- elle témoigne plus largement du mépris des autres professeurs des écoles (non directeurs) qui subissent et parfois gèrent tout autant l’impact de la réforme dans leur quotidien, avec des formes de souffrance au travail parfois importantes.

Pour SUD éducation 37, il y clairement là la volonté d’acheter la paix sociale, voire de diviser pour mieux régner, alors que dans la plupart des communes, dans tous les départements, la réforme pose de graves difficultés tant aux enseignants, qu’aux familles et aux communes .

SUD éducation 37 dénonce cette politique de primes au mérite dans l’Education nationale, politique qui ne fait que cacher des difficultés organisationnelles grandissantes.

Au passage, SUD éducation 37 dénonce l’annonce faite au Journal Officiel il y a quelques mois, de l’augmentation de 20 % des primes données aux Dasen, Dasen adjoints, secrétaires généraux d’académie, et autres directeurs, primes qui dépassent les 4200 € annuellement pour les DASEN. Le blocage du salaire n’est visiblement pas pour tout le monde !

SUD éducation rappelle ses revendications en la matière : nous demandons l’arrêt de telles pratiques manageriales qui entrainent un stress important dans les équipes ; nous exigeons une hausse immédiate de 400 € de tous les salaires (des enseignants et des autres personnels de l’EN) ce qui correspond à un simple rattrapage du pouvoir d’achat perdu depuis 20 ans.

Tours, le 6 octobre


Actualisation : communiqué de SUD éducation 37 du 11 octobre 2013

NON aux primes ! OUI à l’augmentation des salaires pour tous !

Nous apprenons ce jour, par la presse, que la prime de 94,12 € annoncée par le DASEN d’Indre-et-Loire pour les directeurs des écoles ayant adopté la réforme des rythmes, serait purement et simplement annulée par la rectrice d’Orléans-Tours, le ministère aurait mis un frein à cette initiative locale.

"L’initiative n’est pas opportune" précise même la rectrice à la presse (Le Figaro) , ce que les directeurs d’école apprécieront d’autant plus que eux, contrairement aux DASEN et autres directeurs, n’ont pas vu leurs primes augmenter de 20 %.

SUD éducation refuse la généralisation de ce genre de prime et réfute une telle politique qui, loin de revaloriser le salaire ne fait que justifier l’accroissement des charges de travail et le maintien au plus bas des traitements de base. Cela instaure de plus dans les équipes une ambiance délétère peu propice à la mission de service public que nous avons.

Il faut véritablement revaloriser tous les salaires. C’est aussi l’enjeu des diverses négociations qui s’ouvrent sur les statuts des différents personnels de lʼéducation nationale. Certains syndicats appellent à la généralisation de ce type de régime d’indemnités. Nous y restons farouchement opposés.

Tours, le 11 octobre 2013

Documents joints

Rythmes scolaires : la prime de la honte
Rythmes scolaires : la prime de la honte
Communiqué de SUD éducation 37 du 6 octobre 2013
NON aux primes ! OUI à l'augmentation des (...)
NON aux primes ! OUI à l'augmentation des (...)
Deuxième communiqué de SUD éducation 37

Navigation

Articles de la rubrique

Sur le Web