Segpa, nouvelle circulaire : peu d’ambition, beaucoup de questions

Sud éducation Loire
samedi 28 novembre 2015

Rentrée 2015, parution d’une circulaire Section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), sans aucun document d’accompagnement : un compromis mou entre volonté affichée d’une Segpa plus inclusive et réalité des contraintes budgétaires.

Orientation des élèves

Le projet de texte : deux temps avec une pré-orientation en fin de Cm2 vers la 6ème Segpa puis une orientation définitive en fin de 6ème vers la 5ème Segpa.
Une 6ème Segpa à part entière sera finalement maintenue (alors qu’étaient prévues l’inscription et la scolarisation dans une classe de référence avec l’aide ponctuelle des enseignant-es spécialisé-es). Pourtant celle-ci change profondément de nature avec l’objectif de favoriser un maximum de retours dans le circuit ordinaire en un an.
Ce qu’on en pense : Comment des élèves en difficulté scolaire grave et persistante depuis des années pourraient réussir en un an leur intégration au collège et venir à bout de ces difficultés profondes ?

L’inclusion dans le collège

Le projet de texte : « La Segpa ne devra plus être le lieu unique de scolarisation et d’enseignement » avec des temps d’apprentissage communs avec les autres élèves et l’organisation par les enseignant-es spécialisé-es de mutualisation de compétences avec les autres collègues, la prise en charge conjointe de groupes d’élèves.
Ce qu’on en pense : On veut rendre les enseignant-es de Segpa « expert-es » de la difficulté auprès des autres collègues du collège sans aucun cadre.

Le statut des personnels

RIEN pour les 18 h des PE, le droit à l’Isae ou l’Iso. Quant aux très nombreux-ses PLP en situation de précarité, rien non plus.
Pour toutes ces questions renvoyées à un prochain GT, le MEN annonce déjà un désaccord profond sur les revendications.

Les impasses

Malgré nos demandes répétées, ne sont pas abordées la sortie de Segpa, les procédures d’orientations, d’accueil dans les LP. Pour nous, il s’agit d’un manque majeur car garantir les parcours de formation de ces élèves vers le LP était un moyen évident de rendre la structure plus inclusive.