Toutes et tous avec nos camarades étranger-es et immigré-es

vendredi 1er juin 2012

Au dernier congrès de Solidaires a été adoptée une résolution sur les droits sociaux et démocratiques des étrangers. Le contexte politique actuel confirme ce qui a été écrit en juin 2011 : « La banalisation du discours xénophobe et raciste, notamment de celui du Front national, est passée par là. L’immigration, thème électoraliste porteur pour la droite et l’extrême droite, est montrée du doigt comme l’un des pires maux de la société. »

Alors que les discours nauséabonds se propagent, il n’est pas inutile de rappeler que « nous revendiquons le droit de tout individu à s’établir, vivre et travailler où bon lui semble. C’est pourquoi l’Union syndicale Solidaires doit continuer à être active dans toutes les campagnes qui visent à élargir les droits démocratiques des étrangers et à combattre les politiques liberticides en France et au niveau international. Les droits des étrangers ne se divisent pas, ils forment un tout cohérent pour donner sens au respect des droits humains et des libertés fondamentales. Mener la bataille idéologique (…) est partie intégrante de notre projet syndical de transformation sociale. »

Des événements récents doivent aussi nous faire réagir :
- l’arrestation d’un sans-papier à la sortie du Conseil de Prud’hommes de Nanterre suite à une plainte déposée par son ancien employeur. Le salarié qui fait appel aux Prud’hommes pour que ses droits soient rétablis se retrouve en garde à vue ;
- la confirmation des condamnations du Tribunal correctionnel de Tours des militant-es de Soif d’Utopies et du RESF 37 par la Cour d’appel d’Orléans pour avoir, dans un communiqué, « comparé certaines pratiques actuelles de chasse aux sans-papiers avec celles utilisées sous Vichy  : transformer des enfants en appât (en utilisant, entre autres, le fichier Base-élèves) pour pouvoir expulser des familles ». La diffamation « publique contre une administration publique » est considérée comme avérée !

Agir au quotidien

Il faut être en capacité de réagir et de lutter aux côtés de nos camarades immigré-es et étranger-es qui sont souvent les plus précaires et les plus discriminé-es dans le monde du travail mais aussi de rester solidaires avec les militant-es poursuivi-es pour délit de solidarité avec les sans-papiers.

La commission immigration / sans-papiers de Sud éducation a organisé un stage sur la défense des droits des étrangers. Quand et comment aider, accompagner dans un cadre collectif (syndical et/ou associatif) les personnes dans leurs démarches de régularisation, comment surmonter les innombrables difficultés, mais aussi comment faire respecter les droits face à une administration qui bafoue quotidiennement ses propres lois et règlements  ? Stagiaires et animateurs (Solidaires, RESF, Femmes Egalité, GISTI) ont tous souligné la qualité des apports juridiques, pratiques et militants, la richesse des échanges et la nécessité de les poursuivre.

Comment amener les syndicalistes à mettre en œuvre une réelle défense des travailleurs sans-papiers sur le terrain ? Il existe encore peu de permanences d’accueil interprofessionnel pour les étrangers avec ou sans-papiers.

Il est urgent de faire entendre les droits des immigré-es, si l’on veut empêcher que le seul discours sur les migrants relayé médiatiquement soit celui… du Front national et de ses satellites UMPistes.

C’est ce qu’a tenté RESF le 31 mars, en organisant dans plus de 100 villes des manifestations sur le thème « Immigration : la loi doit changer ! ». Pas un média national n’a daigné y consacrer une ligne ou une image, tout occupés qu’ils étaient à matraquer aux Français le discours anti-immigrés de Guéant-Sarkozy-Le Pen. Localement, cette journée a eu quelques échos, mais beaucoup moins que d’ordinaire hors des périodes électorales.

Il est clair que dans ce pays, il ne faut pas qu’on sache que des milliers de citoyens refusent la situation insupportable qui est imposée aux étrangers !

Cela aussi doit changer !

Commission immigration sans-papiers

Quelques outils :

Le bulletin de la commission immigration de Solidaires nº 1 qui vise à mutualiser les informations et à donner une visibilité à notre travail collectif sur les questions d’immigration.

Le collectif VISA (Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes), qui regroupe des militant-e-s de la FSU, de la CGT, de la CFDT et de SOLIDAIRES pour lutter collectivement contre l’implantation et l’audience de l’extrême droite dans le monde du travail vient de sortir une nouvelle brochure intitulée « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » à commander.