Tunisie : Après l’assassinat de Mohamed Brahmi, la solidarité est plus nécessaire que jamais

vendredi 26 juillet 2013

Après l’assassinat de Mohamed Brahmi, la
solidarité est plus nécessaire que jamais
Moins de 6 mois après l’assassinat de Chokri Belaïd, un nouveau dirigeant de la gauche
tunisienne vient d’être abattu par balle devant chez lui dans des conditions comparables.

L’Union syndicale Solidaires exprime son horreur face à ce crime odieux. Elle adresse toute
sa solidarité à ses proches et aux militant-es tunisien-nes.
Coordinateur et député du "Courant populaire" (nassérien), Mohamed Brahmi était à ce titre
un des dirigeant du Front populaire aux côtés de Chokri Belaïd. Comme ce dernier, il était
notamment connu pour la vigueur de ses propos envers le gouvernement en place.
Même si la preuve n’existe pas pour l’instant que le pouvoir est directement impliqué, celui-ci
porte l’entière responsabilité politique de ce nouvel assassinat :
- il a en effet refusé de dissoudre les milices islamistes ayant notamment attaqué le siège de
l’UGTT le 4 décembre dernier,
- il a permis aux assassins de Chokri Belaïd de rester, à ce jour, en liberté en ayant laissé
traîner l’enquête depuis près de 6 mois.

L’Union syndicale Solidaires appelle à se joindre aux mobilisations organisées en France pour
dénoncer ce nouveau crime et exiger que toute la lumière soit faite sur celui-ci.

Elle sera notamment présente ce jeudi 25 juillet à Paris au rassemblement devant l’Ambassade
de Tunisie, 25 rue Barbet de Jouy, métro Saint François-Xavier.
Paris, le 25 juillet 2013


SOLIDAIRES
144, boulevard de la Villette – 75019 Paris – contact@solidaires.org
Tel : + (33) 1 58 39 30 20 – Fax : + (33) 1 43 67 62 14 - www.solidaires.org

Documents joints

Tunisie : Après l'assassinat de Mohamed (...)
Tunisie : Après l'assassinat de Mohamed (...)