Zéro éliminatoire au CRPE : le ministère aurait-il décidé de ne pas pourvoir tous les postes ?

Communiqué de la fédération SUD éducation
jeudi 20 juin 2013

Zéro éliminatoire au CRPE : le ministère aurait-il décidé de ne pas pourvoir tous les postes ?

Un scandale manifeste

Des centaines de canditat-e-s au concours externe de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) ont été recalé-e-s par un zéro éliminatoire à une épreuve orale, alors qu’ils/elles auraient été reçues avec n’importe quelle autre note. Le site du Café pédagogique a révélé une partie de l’ampleur du phénomène [1].

Les recalé-e-s ont tou-te-s au moins le Bac, une Licence et un Master. Qui peut imaginer que leur prestation orale soit nulle au point de valoir un zéro pointé ? Pire, certain-e-s candidat-e-s titulaires d’une Licence de Lettres ont reçu un zéro… à l’oral de Français !

Cela ne peut avoir qu’une seul cause : une volonté délibérée de recaler des candidat-e-s et de ne pas pourvoir tous les postes mis aux concours. Par exemple, dans l’académie de Créteil il n’y aura que 879 professeur-e-s des écoles recrutées sur les 1055 postes annoncés.

Le Roi est nu

Alors que François Hollande vient d’annoncer lors de son discours d’ouverture de la « conférence sociale » que l’année 2014 sera une année d’économie budgétaire, on a déjà trouvé une niche de réduction des dé-penses : les postes de l’Éducation nationale.

On voit bien toute la mauvaise foi du gouvernement lorsqu’il prétend donner la « priorité à l’éducation » et essaie de légitimer ainsi l’austérité (pardon, le «  sé-rieux-budgétaire-qui-n’est-pas-et-ne-sera-jamais-de-l’austérité ») dans tous les autres secteurs :

  • L’augmentation annoncée du budget est un trompe-l’œil. SUD éducation l’a dénoncé depuis septembre [2]. V. Peillon lui-même nous a donné rai-son (en reprenant même notre vocabulaire !) dans sa réponse au rapport de la Cour des comptes en rappelant que « La hausse des moyens comptabilisée par la Cour ne s’explique que par un trompe-l’œil dû à l’augmentation de la charge des pensions. » [3] Le budget de l’éducation pour 2013, une fois les pensions déduites, a augmenté de 0,6% seulement, ce qui ne compense pas la hausse des prix. En valeur, les moyens du service public d’éducation ont donc diminué !
  • Les promesses de création de postes ne seront pas tenues. Ce n’est pas une surprise, tant les conditions de vie et de travail des personnels de l’éducation sont dégradées. Les 60 000 postes annoncés ne permettaient pas de compenser les suppressions subies les années passées (là encore, le ministère contestait les 80 000 suppressions que nous dénoncions, mais dans la même réponse à la Cour des comptes V. Peillon a confirmé ces chiffres : « 80 000 postes ont été en réalité supprimés pour cette période » [3]). On attendra les résultats des concours, en particulier pour les disciplines du second degré les plus en tension, pour en faire un premier bilan, mais il est pré-visible que tous les postes ne seront pas pourvus. Ces éliminations commanditées de candidat-e-s au CRPE viennent mettre en lumière un autre ressort du ministère : il n’a aucune intention d’essayer de créer réellement les postes annoncés. Avec un budget insuffisant, une loi de programmation budgétaire qui n’est pas du tout à la hauteur, il faut bien faire des économies !

Besoins et qualifications existent

L’administration ne peut nier qu’il y a pourtant des besoins en postes et en moyens. Il est déjà annoncé que des contractuel-le-s seront recruté-e-s sous contrats précaires pour faire le travail que les recalé-e-s auraient dû faire sous statut de titulaire… Assez qualifié-e-s pour être mis-es devant les élèves, pas assez pour avoir un statut !

La fédération SUD éducation :
-  Refuse l’éviction des candidat-e-s par un zéro éliminatoire et demande leur admission ;

-  Dénonce le recrutement de nouveaux précaires, revendique la titularisation sans condition de concours ni de nationalité de tous les précaires et la création réelle de postes à la hauteur des besoins, et pour commencer la restitution des 80000 postes supprimés par Sarkozy ;

-  Dénonce l’hypocrisie des discours gouvernementaux sur le budget de l’éducation, combat les politiques d’austérité, et appelle à construire un mouvement d’ensemble pour imposer des alter-natives.

20 juin 2013


1 - www.cafepedagogique.net, l’Expresso du 17/06/2013

2 - www.sudeducation.org/Un-budget-2013-en-trompe-l-oeil.html

3 - www.education.gouv.fr/cid71924/rapport-de-la-cour-des-comptes-gerer-les-enseignants-autrement.html

Documents joints

Com fédé SUDéduc - Zéro éliminatoire au CRPE (...)
Com fédé SUDéduc - Zéro éliminatoire au CRPE (...)