collèges expérimentaux

jeudi 28 février 2008

L’expérimentation cheval de Troie de la déréglementation

Par voie de communiqué de presse, 5 établissements (collège Jules Vallès de la Ricamarie - 42, collège Les explorateurs à Cergy Pontoise - 95, collège Beaumarchais à Meaux - 77, Collège Chevreul à L’Haÿ les Roses - 94 et collège Jean Jaurès et lycée Lumière à La Ciotat –13) ont appris le lundi 5 février qu’ils étaient désignés « sur proposition des recteurs concernés pour accueillir des équipes d’enseignants portant des projets innovants /…/ formées à l’initiative de Gabriel Cohn-Bendit. Ces équipes proposeront des projets innovants qui s’inscriront dans le cadre de l’article 34 de la loi de programme et d’orientation pour l’avenir de l’école (article L. 401 du code de l’éducation)… »

Hormis les établissements de la Ciotat, porteurs d’un projet construit de pédagogie Freinet, les autres l’ont découvert via le site du cafepedagogique. A aucun moment, les communautés scolaires ont été contactées, et encore moins concertées, sur ces propositions. Ce sont donc des projets extérieurs qu’on essaiera de leur imposer. Ces établissements ont été choisis car subissant un fort « turn over » des enseignants - « turn over » sensé faciliter l’arrivée de nouvelles équipes.
La référence à l’article 34 montre bien que ce qui est en jeu n’est pas l’expérimentation proprement dite - l’application de cet article permettant de déroger à la loi commune. Ce qui est en jeu c’est la dérogation aux règles de mutation des enseignants, la labellisation « collège expérimental » permettant de définir des postes à profil – les enseignants volontaires signant en quelque sorte un engagement à respecter le « cahier des charges » rédigé par le Collectif d’Initiatives Educatives initiateur avec Gabriel Cohn Bendit du projet.

L’expérience étant appelée à s’étendre (dixit M. Héron IPR chargé de mission à l’innovation de l’académie de Créteil) nous allons nous retrouver dans la situation de France Télécom avec une double gestion des personnels. Derrière l’extension des postes à profil d’abord gérés par les rectorats se dessine le caractère propre des établissements et le recrutement des enseignants par les chefs d’établissement en adéquation avec les projets des établissements.

Les enseignants de ces établissements ne sont pas prêts à céder leur place et leur liberté pédagogique.

Fédération SUD éducation

Navigation

Mots-clés de l'article