12 janvier : Journée d’action des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales...

Communiqué de presse
lundi 10 janvier 2005
mis à jour mardi 30 août 2005

En dépit des différentes démarches entreprises et des différentes audiences, l’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales n’a obtenu aucune réponse satisfaisante aux questions qu’elle pose quant au devenir des Sciences Economiques et Sociales et de la série ES.

Ainsi, le Ministre de l’Education Nationale présentera, le 12 janvier prochain en conseil des ministres, son projet de loi d’orientation pour l’école dont les dispositions compromettent gravement l’avenir de l’enseignement des Sciences Economiques et Sociales au lycée, l’existence de la série ES, et remettent en cause les possibilités réelles de choix d’orientation des élèves.

La seconde langue vivante, obligatoire pour toutes les séries de baccalauréat général, est logiquement choisie par la quasi totalité des élèves. De ce fait, la suppression d’une des deux options de détermination en classe de seconde restreint les choix des élèves, et les prive, pour la grande majorité d’entre eux, d’une formation en Sciences Economiques et Sociales, enseignement de culture générale ouvert sur le monde contemporain. Ces mesures ne favorisent, pour les lycéens, ni des choix d’orientation raisonnés ni une ouverture sur le monde extérieur, ce qui est contraire aux objectifs affichés.

De plus, ces dispositions conduisent, à terme, à une remise en cause de la série ES alors que ses effectifs sont en hausse (elle scolarise un tiers des lycéens d’enseignement général), et que les bacheliers ES réussissent de mieux en mieux dans l’enseignement supérieur dans des études variées (sciences économiques, droit, sciences humaines et sociales, classes préparatoires commerciales, IUT, BTS, Instituts d’études politiques, écoles de journalisme, etc.).

Cette réussite est largement due à l’équilibre des disciplines dans cette série, à son ouverture sur le monde contemporain, aux enseignements de culture générale qu’elle dispense, notamment le caractère pluridisciplinaire et pluriel des SES, et aux apprentissages méthodologiques des sciences sociales (qui pourraient être remis en cause par la suppression programmée des dédoublements).

Aussi l’APSES, le SE-UNSA, la fédération des syndicats SUD-EDUCATION, le SNES-FSU, la ligue de l’enseignement, s’opposeront à toute remise en cause de la série ES, série d’enseignement général, notamment par le tarissement des orientations provoqué par la réorganisation de la classe de seconde et soutiennent l’action des professeurs de Sciences Economiques et Sociales.

La pétition lancée par l’APSES en décembre a déjà recueilli plus de 4000 signatures, professeurs de SES mais aussi d’autres disciplines, universitaires et chercheurs de sciences économiques, sociologie, science politique, parents, élèves, anciens élèves...

A l’initiative de leur association l’APSES, les professeurs de SES seront en grève le 12 janvier pour que, contrairement au projet de loi d’orientation Fillon, les élèves puissent véritablement choisir leur orientation, et que l’enseignement de Sciences Economiques et Sociales fasse partie de la « culture commune » des lycéens.

- L’ APSES (Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales)
- Le SE-UNSA
- La Fédération des Syndicats SUD-Education
- Le SNES-FSU
- La ligue de l’enseignement

9 janvier 2005


Journée d’action du 12 janvier 2005 à Paris
Trois temps forts pour soutenir les S.E.S. et la filière ES

- A 11h : rassemblement place de la Madeleine (Métro Madeleine) avec prises de paroles, intervention auprés de la population... Une délégation ira peut-être déposer un texte à l’Elysée, ainsi qu’une liste des signataires de la pétition.
Précision : la grève des professeurs de SES est légale : un préavis a été déposé par le SNES, le SE et SUD.

- Vers midi : Départ de la manifestation Madeleine-Opéra-Bourse (par la rue du Quatre-septembre). Panneaux, banderoles, ballons sont les bienvenus...

- A 14 h 15 : Etats Généraux pour les S.E.S à la Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau, Paris 10ème (métro République). Interventions et débats en présence de syndicats, de personnalités, d’universitaires :
Ont déjà donné leur accord parmi les personnes contactées : Antoine d’Autume (Paris I), Pierre Concialdi (IRES, BIP40), Olivier Favereau, Danièle Linhart (Paris X), Dominique Plihon (Paris XIII), Michel Lallement (Paris X). Sous réserve : Christian Baudelot (ENS), Jérôme Gautié. Nous poursuivons nos contacts...

Enseignants, parents, élèves, venez nombreux pour soutenir les SES et la filière ES.

APSES, le 7 janvier 2005.

Navigation

Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456