13ème jour de grève de la faim pour 4000 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes

vendredi 27 août 2004
mis à jour samedi 25 août 2007

La grève de la faim continue en effet pour les Palestiniens, hommes, femmes, enfants entre 12 et 18 ans, pour protester contre leurs conditions de détention dans les prisons israéliennes : tortures, mauvais traitements, mise en cellules d’isolement, détention arbitraire sans jugement, refus de droit de visite aux familles, fouilles à nu et destruction des objets personnels.

Depuis 13 jours, les prisonniers n’absorbent que de l’eau, sans sels minéraux, puisque le sel, pourtant indispensable à la vie, leur a été retiré.

Le Comité des familles de prisonniers, avec d’autres comités de soutien aux prisonniers, tente d’alerter l’opinion publique internationale et les gouvernements pour qu’ils fassent pression sur l’Etat d’Israël, afin que celui-ci respecte les conventions de Genève sur les droits des prisonniers.

Au lieu de cela, Israël a annoncé à plusieurs reprises qu’il laisserait les grévistes mourir de faim, à l’instar de ce qu’avait fait Margaret Thatcher avec Bobby Sands et ses camarades irlandais en 1982.

Au lieu de cela, Israël accentue la répression en privant les détenus malades de soins médicaux et en leur refusant l’accès aux hôpitaux. La Croix-Rouge n’a pas accès aux prisonniers.

Au lieu de cela, Israël prive les détenus des conditions d’hygiène les plus élémentaires, de toute information par les journaux, les oblige à se lever pour accéder à l’eau qu’ils boivent.

Depuis le début de la grève de la faim, le 15 août, une campagne internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens et leurs familles se met en place. En France, au Canada, en Grèce, des manifestations s’organisent. Des milliers de lettres sont adressées aux autorités israéliennes pour qu’elles satisfassent les demandes des prisonniers. Les gouvernements occidentaux sont sollicités. Et partout les associations, collectifs, syndicats, préparent la journée internationale de solidarité du 4 septembre.

L’Egypte, où vivent des milliers de réfugiés palestiniens depuis 1948, a demandé l’intervention de l’ONU pour que les demandes des prisonniers soient entendues.

La Fédération SUD Education appelle tous les défenseurs des droits humains à s’associer à ce mouvement, à envoyer des lettres et à participer aux manifestations de solidarité avec les 4000 détenus palestiniens en grève de la faim pour que cessent enfin les violations dont ils sont victimes.

Saint-Denis, le 27 août 2004

Contact : Noëlle Ledeur, 06 74 83 11 94

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311