À Toulouse, une enseignante reçoit l’ordre du Dasen de ne pas prendre sa classe de CP, pour la venue du ministre de l’Éducation nationale, J.M. Blanquer.

lundi 8 janvier 2018

Vendredi 24 novembre 2017, M. Blanquer est venu rendre visite aux CP de l’école Faucher 1, située au Mirail, à Toulouse, en éducation prioritaire renforcée (REP+), pour se congratuler de la réforme des « CP à 12 », passée en force et sans concertation du terrain. La réforme com’ du président Macron est une réalité ; ce qui s’est passé, cet après-midi là, en est une preuve.
Une des deux collègues, en charge des « CP à 12 », a tout simplement été virée de sa classe car elle avait l’intention de dire « des choses » au ministre :

« Monsieur le ministre,

Vous êtes aujourd’hui en visite dans une école de REP+ pour y vanter la politique éducative menée par votre gouvernement. À l’inverse, sur le terrain, les collègues constatent au quotidien la dégradation de leurs conditions de travail : suppressions de postes, élargissement sans fin des missions des enseignants, gel du point d’indice, rétablissement du jour de carence...
Vous supprimez des dispositifs utiles à la réussite des élèves des quartiers populaires... comme les PDMQDC [1] et les RASED ; et vous y fermez des collèges sous prétexte de mixité sociale.
Ce n’est, ni une visite ultra médiatisée, ni la mesure « tape à l’œil » des classes de CP à 12 (imposées dans la précipitation, à moyens humains constants, sans moyens matériels), qui amélioreront notre quotidien et celui de nos élèves.
 »

Afin de passer un moment, sans accrocs, ni confrontation et, encore moins, de débat d’idées devant la presse, Malena Adrada s’est donc vue délivrer une interdiction de prendre sa classe par le Dasen !!!! En effet, la veille de la venue du ministre, elle a clairement dit, en réunion avec l’IEN, qu’elle ne ferait pas la bonne élève et qu’elle ne se gênerait pas pour dire ce qu’elle pense de la réforme. L’IEN de circonscription a envoyé ce mail, aux alentours de 23h30 :

« Mme Adrada Rajzner,

Sous réserve de changements de dernière minute, je vous confirme les dispositions prises par M. le Dasen, pour la visite de M. le ministre, de demain vendredi 23 novembre. Celui-ci demande à observer les deux classes de CP. »
[…]
« Elle (la maîtresse en charge de la classe, les lundi et mardi) se chargera de la séance de lecture de la classe de CP, étant plus à même que vous, de répondre aux questions du ministre, du fait de son ancienneté.
Pour ce début d’après-midi, je vous prie de vous tenir à disposition de l’équipe. Mme la directrice organisera votre service
.

Je vous remercie de votre compréhension,

Cordialement. »

Inspectrice de l’Éducation nationale
Circonscription Toulouse Rive Gauche
Canopé - 68 boulevard de Strasbourg
31000 Toulouse 05 36 25 88 66

Preuve est faite : la com’ continue ! Une enseignante militante gêne la marche Macron ? Bah ! on l’enlève ! Elle est restée bloquée, aux portes de l’école, jusqu’au départ du ministre.

L’administration a été contactée, par la presse, pour savoir pourquoi Malena Adrada n’avait pas pu rentrer dans l’école où elle exerce. L’administration a répondu que c’était parce qu’elle était en retard ! On ignorait qu’un-e enseignant-e, en retard, ne pouvait pas rentrer dans son établissement. Mais, ce qu’il y a de plus fou c’est que Malena était, déjà, sur place, puisqu’elle manifestait avec nous, devant son école...

Pour Sud éducation 31-65, il s’agit de répression syndicale. On muselle les voies dissonantes. Malena Adrada est enseignante, depuis plus de 15 ans, en éducation prioritaire renforcée et est loin d’être débutante... que ce soit du point de vue professionnel ou militant.

Sud éducation Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées


[1Plus de maîtres que de classes

Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456