Après le 19 octobre, la grève intersyndicale et intercatégorielle

mercredi 29 octobre 2008

Des dizaines de milliers de personnels de l’Education Nationale, de parents, d’étudiants, de simples citoyens, ont fait l’effort de participer à la manifestation parisienne du dimanche 19 octobre. Celle-ci a constitué un élément important pour construire sur la question scolaire un mouvement qui touche au-delà des forces syndicales.

Dans la situation actuelle, face au pouvoir actuel et à sa politique, la fédération SUD éducation s’inscrit dans une stratégie de construction d’un mouvement revendicatif interprofessionnel, avec la perspective d’une grève générale. Cela nécessite dans l’Éducation nationale un mouvement intersyndical vers la grève reconductible mais aussi un mouvement plus large de défense de l’École Publique avec d’autres forces sociales.

Une grève catégorielle, dans le premier degré ou dans le secondaire, n’est pas une réponse adaptée pour continuer après le 19 octobre.

Pour continuer à développer le rapport de forces, il y a déjà dans de nombreux départements des cadres unitaires : il serait grave de revenir en arrière. Il est nécessaire au contraire d’essayer de renforcer le mouvement dans les départements durant le mois de novembre en allant vers la grève nationale intercatégorielle et de mener campagne sur ce thème. C’est là, dans les AG de personnels comme dans les réunions unitaires, que se construit la mobilisation, en fédérant par le débat et dans la lutte les revendications sectorielles (premier degré, lycée, bac pro, postes, formation des maîtres, ATOSS…).

Dans le souci de ne pas susciter de division et d’affaiblissement des luttes, la fédération SUD éducation propose de conserver la date du 20 novembre choisie par certains syndicats pour une grève du premier degré, mais de faire de ce 20 novembre une grève intersyndicale et intercatégorielle, unissant toutes les forces de l’éducation nationale avec le soutien de tous ceux qui ont participé à la manifestation du 19 octobre.

C’est dans ce sens que la fédération SUD éducation s’adressera nationalement aux autres organisations syndicales, et qu’elle participera à tous les niveaux, avec toutes les associations impliquées, au développement du vaste mouvement de lutte dont chacun s’accorde à voir la nécessité.

Saint Denis, le 29 octobre 2008

Navigation