Après les rafles d’enfants, la garde à vue d’une directrice d’école...

vendredi 23 mars 2007
mis à jour mardi 30 octobre 2007

Depuis maintenant plusieurs mois des rafles d’enfants sans-papiers se multiplient devant les établissements scolaires. Ces pratiques policières rappellent les heures les plus noires de l’histoire de France. Elles sont indignes des valeurs que la République est censée mettre en oeuvre. Alors même que les plus hautes autorités de l’État rendent hommage à Lucie Aubrac, on mesure l’hypocrisie de leur propos !

Des incidents d’une gravité extrême ont eu lieu cette semaine devant une école du quartier Belleville à Paris. Les forces de police sont intervenues brutalement, utilisant gaz lacrymogènes, matraques et chiens policiers, pour disperser des parents et des enseignants qui manifestaient leur soutien à des parents sans-papiers. Suite à ces incidents, la directrice de l’école Rampal, Valérie Boukobza, qui avait essayé de protéger les enfants de la violence policière a été mise en garde à vue.

L’Union syndicale Solidaires condamne la chasse aux étrangers, d’autant plus insupportable qu’elle touche des enfants à l’école, et exige qu’aucune poursuite judiciaire ne soit engagée contre cette fonctionnaire qui n’a fait que son devoir.

Au-delà, il faut maintenant une réaction unitaire de l’ensemble des forces démocratiques de ce pays afin de mettre un coup d’arrêt à ces pratiques qui sont la honte de notre pays.

Union syndicale Solidaires, le 23 mars 2007


PDF - 42.6 ko
Rafles
communiqué Solidaires

Documents joints

Rafles
communiqué Solidaires

Navigation

Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456