Attention danger, Raffarin II lutte contre la précarité !

 septembre 2004
mis à jour jeudi 25 novembre 2004

Les Assistants d’Education, réservés initialement par Darcos et Ferry « aux jeunes retraités et mères de famille », c’était un moyen de lutte contre la précarité des Emplois Jeunes (sic) par le gouvernement Raffarin I.

La panique devrait nous saisir quand Renaud Dutreil, nouveau ministre de la fonction publique de Raffarin II, annonce aux fédérations de fonctionnaires ( Sud n’en fait pas partie) qu’il veut réfléchir activement et rapidement aux cas des 600 000 agents non titulaires de la fonction publique : « D’abord, la transposition d’une directive de 1999, qui encadre le recours aux contrats à durée déterminée, et nous enjoint de limiter la durée de leur reconduction avant l’obligation d’instaurer une relation de travail à durée déterminée. Nous sommes dans l’obligation de faire à la Commission européenne la preuve de notre bonne volonté à l’été, en proposant une solution ».

Des discussions seraient en cours pour réaliser un bilan intermédiaire de la mise en œuvre du dernier accord sur la résorption de la précarité (2000), dont nous n’aurons pas la cruauté de rappeler toute l’inéfficacité aux grands syndicats responsables qui l’ont signé après avoir avalisé les Emplois Jeunes.

Le SNES avertit doctement que le processus de dégraissage des anciens contractuels, amorcé fortement à la dernière rentrée, pourrait être conforté par une « arme réglementaire pour le non-renouvellement de contrat ». Un nouveau type de CDI pourrait « s’avérer être un cheval de Troie permettant d’inaugurer une seconde entrée dans la fonction publique autres que les concours ». Ils n’ont pas vu que les bulldozers ont déjà démoli une muraille...

Sud éducation Clermont-Ferrand

Navigation