Avant-projet de « Loi d’Orientation pour l’avenir de l’Ecole » et propositions « Fillon »

Communiqué de presse de la fédération des syndicats SUD Éducation
dimanche 5 décembre 2004
mis à jour samedi 25 août 2007

Saint-Denis, le 3 décembre 2004

La Fédération des syndicats SUD Éducation exprime sa totale opposition à l’avant-projet de « Loi d’Orientation pour l’avenir de l’Ecole » :
- réforme de la maternelle avec disparition progressive du 1er cycle et « élémentarisation » de la grande section, -orientation des élèves ou « individualisation » des parcours après les évaluations (CE1 et 6ème),
- réforme du brevet et ses conséquences pour la poursuite de la scolarité,
- réforme du bac encore imprécise.

Ce projet participe du démantèlement programmé du service public d’Éducation nationale et, plus largement, des services publics. Nous condamnons la méthode gouvernementale, opération de propagande. Reprenant les stratégies de « réformes » de la protection sociale et de la décentralisation, le gouvernement a tout d’abord lancé une offensive idéologique avec le rapport Thélot « issu » de la mascarade du « Grand Débat ». Le projet présenté par le Ministre Fillon, déjà fossoyeur de notre système des retraites, n’est pas en contradiction avec le rapport Thélot. Pour exemple l’obligation des 2 heures supplémentaires dans le cadre des remplacements permettra demain de redéfinir plus globalement le service des enseignants.

Nous condamnons le fond d’un projet qui cherche à asservir l’Éducation nationale et les élèves qu’elle a en charge aux besoins du patronat. Dans un contexte de destruction du droit du travail, il s’agit de fournir une main d’œuvre docile, mobile, « prête à l’emploi ». De plus l’orientation précoce, justifiée par la croyance en des « aptitudes » et autres « talents » naturels, illustre la logique de ségrégation sociale de ce texte.

Le gouvernement veut contraindre les personnels à participer à cette mise au pas de la société par :
- le renforcement de la hiérarchie, déjà imposé au personnel ATOSS ;
- la soumission de la « liberté pédagogique » des enseignants aux « projets d’établissement » adaptés aux exigences des patrons locaux avec la mise en place des comités pédagogiques locaux... ;
- la soumission des élèves à des programmes les « formatant » aux besoins immédiats des entreprises locales.

Le projet Fillon s’insère dans l’arsenal libéral déjà déployé contre le service public d’Éducation :
- la LOLF (Loi organique relative aux lois de finance) qui, sous couvert de contrôle de l’utilisation des deniers publics, aligne la gestion des services publics sur le modèle des entreprises privées ;
- la circulaire du 25/11/2004 sur les « pôles de compétitivité », la réforme du CNRS et le projet de loi d’orientation et de programmation de la recherche, le décret du 24/11/04 sur l’évaluation-notation des ITARF ;
- la loi dite de « prévention de la délinquance » qui place les enseignants au sein d’un dispositif répressif ;
- la loi de décentralisation.

La fédération des syndicats SUD Éducation mettra tout en œuvre pour lutter contre ce projet, « volet éducation » de la casse sociale orchestrée par le gouvernement.

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234