CR journée orientation du 21 mars

mardi 26 mars 2019

La journée nationale de mobilisation CIO et DRONISEP du 21 mars 2019 commençait par une assemblée générale de personnels, suivie d’une manifestation, d’une audience au ministère et l’élaboration d’un communiqué inter-syndical. Si la mobilisation fut moins massive que lors de la précédente journée du 5 juin 2018, elle fut tout de même importante. La journée était à l’initiative de l’IS ( SNES-FSU, SE-UNSA, SUD Education, CGT Educ’action, SNPTES),

L’assemblé générale des personnels
L’assemblée générale a rassemblé prés de 250 personnes venues de toute la France, des CIO et DRONISEP, très majoritairement composée de syndiquées SNES, quelques UNSA, SNPTES, et 6 sudistes. La CGT était absente, le SGEN-CFDT représenté bien que non signataire de l’appel.
Un SG du SNES à introduit le débat en l’élargissant à l’ensemble de l’éducation, les « réformes » Blanquer faisant système et étant à combattre globalement jusqu’au retrait (on était bien loin de l’appel au samedi 30 avec UNSA et CFDT). A ce titre le SNES à renvoyé la CFDT, non signataire de l’appel du jour dans les cordes, en expliquant qu’on ne peut lutter contre la fermeture des CIO et DRONISEP en dehors des autres « réformes » Blanquer. Sur le fond on passe de l’orientation à la seule information utilitariste sur les métiers, Le sens du métier de PSYEN disparaît.
L’AG à donné la parole aux personnel, les situations locales sont très variables essentiellement dans l’anticipation ou non par les rectorats des fermetures de CIO et de la régionalisation des DRONISEP. Nombre de CIO sont préemptés par les régions, le SPRO, les conditions matérielles sont grandement dégradées, changement pour des locaux inadaptés (certains même relocalisés dans un EPHAD). Il y a de fortes pression pour que les personnel EN acceptent la mise à disposition sur la base du volontariat au régions. Le SNPTES à insisté sur la situation des personnels administratifs qui est catastrophique, ils n’ont pas le même système de mutation et se retrouvent à devoir se vendre.
Les perspectives sont uniquement l’appel à manifester le samedi 30 mars et la date FP du 9 mai (pas de grève reconductible la semaine prochaine). On attend la parution d’un rapport ministériel sur la situation de l’orientation.

La manifestation
La manifestation à rassemblé 600 personnes, pour un corps de 5000 PSYEN, moins que le 5 juin mais massive tout de même, défilé joyeux et bon enfant sous le soleil finissant devant les flics près du ministère, suivi d’un entretient avec l’administration.

Rencontre au ministère

Syndicats : SNES, SNPTES, SUD éducation (Guy), UNSA (CGT excusé)
Ministère : Stéphane Cozian et Pascal Maroto de le DEGESCO
Les représentants du ministère indiquent en préambule qu’ils n’ont aucune information à nous donner quant à la situation et à l’évolution des services d’orientation de l’EN. Ils s’engagent par contre à prendre note de nos revendications et de nos questions pour les transmettre à leur direction.
Les syndicats rappellent leur analyse de la situation des services d’orientation, représentent leurs revendications et insistent sur les inquiétudes et le mal être des personnels de ces services (la présence à la manifestation de 600 personnes venues de toute la France démontre une nouvelle fois ce ressenti). Il est aussi rappelé que lors des audiences au ministère de juin et juillet dernier, l’engagement avait été pris par l’administration de communiquer sur ses intentions en direction des personnels. Rien n’a été fait, le flou et la confusion sont entretenus et en particulier au niveau des DRONISEP où les modalités techniques du transfert acté aux régions restent très approximatives.
Au-delà de la question de fond de la réforme de l’orientation qui s’inscrit dans le projet global de la politique éducative du gouvernement largement contestée par les personnels mais aussi par les lycéens, les étudiants et leurs parents, SUD éduc a insisté sur la situation des personnels qui ressentent un réel mépris de la part de leur ministère. Les contradictions qu’il leur faut gérer au quotidien sont pesantes : poursuivre leur activité professionnelle et répondre aux sollicitations en augmentation en cette période de réforme du lycée et de l’accès au supérieur tout en ayant de grandes inquiétudes concernant leur devenir. Le sentiment est clairement celui d’être encore « utilisé » avant le démantèlement programmé du service public d’orientation de l’EN, essentiellement parce que les régions désormais en charge de l’information sur les formations et les métiers sont incapables de répondre aux questionnements des élèves etleur famille confrontés à des réformes particulièrement difficile à décoder. Quelques signaux alarmants viennent renforcer ces fortes inquiétudes : baisse de plus de 50 % des recrutements de Psy EN (167 postes aux concours en 2018, 75 en 2019 !), nombreuses suppressions de postes administratifs en CIO, incitation au détachement en région dans certaines académies…

La rencontre à été suivie d’une brève IS pour la rédaction d’un communiqué commun en cours de publication,

PDF - 31.1 ko
CR 21 mars orientation

Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456