Cascade de réquisitions dans le Tarn.

 mars 2003
mis à jour vendredi 14 janvier 2005

Après que la rectrice de Toulouse ait précisé dans une circulaire que les proviseurs pouvaient réquisitionner dans des conditions "extrêmes", certains ont essayé de briser la grève des surveillants. Réquisitions pour assurer les "missions ordinaires définies et effectuées sur votre emploi du temps" (du 20 janvier au 21 février Cité scolaire Riess, Barbey et Soult à Mazamet) ; pour respecter "le cadre normal de son fonctionnement pédagogique" au LP Hôtelier de Mazamet et pour "maintenir la continuité du service public" au lycée Lapérouse d’Albi...

Toutes ces "réquisitions" illégales constituent des abus de pouvoir : les proviseurs ne peuvent pas réquisitionner. Elles constituent aussi une entrave au droit constitutionnel de faire grève. La rectrice a fini par le reconnaître. Mais, malgré quelques courriers intersyndicaux, les réquisitions ont continué. Le 20 février, une action des surveillants est parvenue à faire reconnaître à un proviseur qu’il ne s’agissait "que de pressions et intimidations" sans aucune valeur légale. Nous avons préparé des recours, mais les surveillants qui ne peuvent poser un recours que de façon individuelle reculent de peur des représailles.

Une réponse : l’action collective !

SUD Tarn