Contre la destruction de l’Éducation nationale, renforcer la mobilisation

mardi 23 mars 2010
mis à jour vendredi 26 mars 2010

La journée de grève nationale unitaire du 12 mars a marqué une amplification de la mobilisation pour le service public et laïque d’éducation, contre la politique éducative du gouvernement (suppressions de postes, reforme Chatel du Lycée, contre réforme libérale et autoritaire des établissements (EPLE), casse de l’enseignement professionnel, casse de la formation des enseignants, casse des COP et des CIO, des RASED et des SEGPA). Plus de 10 000 collègues ont participé à la manifestation d’Ile de France, des dizaines de départements ont ce jour là, rejoint la grève initiée par les établissements de la région parisienne. Dans plusieurs départements, à l’initiative de SUD éducation la grève s’est étendue au-delà du seul second degré.

Au soir du 12 mars, plusieurs Assemblées Générales de grévistes représentant plusieurs centaines d’établissements ont décidé de reconduire la grève au 18 mars, en Ile de France, à Marseille, à Rennes avec le soutien et l’engagement de SUD Éducation. Ailleurs, de nouvelles Assemblées générales et réunions intersyndicales ont été programmées. Au niveau national, les autres organisations de l’intersyndicale qui appelait à la grève n’ont tracé aucune perspective concrète pour cette lutte qui s’organise avec les personnels et qui doit s’étendre de la maternelle à l’université pour refuser la destruction en marche de l’ensemble du système École Publique.

Le 18 mars, grève et manifestations ont continué dans plusieurs villes de France malgré le retrait des organisations majoritaires. Plusieurs centaines d’établissements ont été touchés par la grève.

Déjà des Assemblées Générales sont prévues dans plusieurs départements le 23 mars et dans les jours qui suivent la grève unitaire privé-public sur les retraites, l’emploi, les salaires et les services publics. SUD Éducation appelle à les renforcer, à les multiplier et à favoriser les initiatives de lutte en y associant encore davantage parents et lycéens.

Réunie en Conseil Fédéral le 18 et 19 mars, la fédération SUD Éducation a décidé d’inviter à une intersyndicale nationale les fédérations de l’Éducation Nationale pour avancer vers une mobilisation de toutes les catégories de personnels (voir lettre plus bas). *

La grève interprofessionnelle du 23 mars doit nous permettre d’informer largement sur le processus de destruction de l’École Publique. C’est aussi l’occasion de mettre en débat parmi les grévistes les suites : la reconduction de la grève sous sa forme « marchante » par démarchage de collègues comme dans le 93 mais aussi des actions déjà envisagées au moment de la tenue des Commissions Techniques Paritaires qui viendront officialiser les 16 000 pertes d’emplois.

Chacun là où nous sommes, dans la diversité des niveaux de mobilisation, il faut construire la mobilisation unitaire des personnels contre la politique anti-éducative du gouvernement pour construire la grève générale.

* actualisation au 26 mars : cet appel n’a reçu qu’une réponse, celle de la FERC CGT, préférant attendre les suites de l’action inter confédérale.

PDF - 66.7 ko
lettre aux fédés de l’éducation nationale mars 2010

Documents joints

EN renforcer la mobilisation

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311