Contre la loi Blanquer et les réformes qui attaquent l’école publique et les personnels : amplifions la mobilisation pour gagner !

Dossier de la Fédération SUD Education
vendredi 5 avril 2019
mis à jour lundi 6 mai 2019

Mise à jour au 6 mai 2019 : Plus que jamais mobilisé-e-s, c’est bien le retrait de la loi Blanquer que nous voulons !

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de la fédération SUD éducation en date du 6 mai 2019 suite au débat parlementaire au Sénat.

Le débat parlementaire sur la loi Blanquer se poursuit au Sénat, après une première discussion à l’Assemblée nationale. SUD éducation s’est opposé frontalement à ce projet de loi depuis les premières annonces, et a voté contre en conseil supérieur de l’éducation.

Pour SUD éducation, cette loi Blanquer n’est ni amendable, ni négociable. Elle doit être retirée dans son intégralité.

Le projet de loi modifié par le Sénat montre que la mobilisation est à même d’engager un rapport de force suffisant pour faire reculer le pouvoir. L’amendement qui instituait les établissements publics des savoirs fondamentaux, contre lequel les enseignant-e-s du premier degré sont fortement mobilisé-e-s, a certes été écarté par le Sénat, mais il peut revenir dans la suite du débat parlementaire.

Par ailleurs, les amendements maintiennent (par exemple l’article 1 sur le prétendu “devoir d’exemplarité”) ou aggravent certaines des dispositions du texte validé par l’Assemblée nationale : financement accru du secteur privé, statut de directeur-rice d’école supérieur-e hiérarchique, avis des chef-fe-s d’établissement sur les mutations…

Pour gagner sur le retrait de l’ensemble d’une loi libérale et réactionnaire, l’enjeu est désormais d’amplifier la mobilisation.

Le 9 mai en grève et en manifestation dans toute la fonction publique, et au-delà selon les décisions des AG des personnels, construisons une grève pour gagner !

PDF - 64.1 ko
Plus que jamais mobilisé-e-s : c’est bien le retrait de la loi Blanquer que nous voulons !

Vous trouverez ci-dessous :
-deux tracts, l’un décryptant la loi Blanquer, l’autre consacré spécifiquement aux EPSF, à diffuser largement
-un visuel à faire tourner sur les réseaux sociaux


Depuis des semaines la mobilisation prend de l’ampleur dans l’éducation : grèves reconductibles, actions (blocages, écoles mortes etc.), manifestations… Les personnels de l’éducation n’en peuvent plus du mépris dans lequel ils et elles sont tenu-e-s depuis des années.

Le projet de loi Blanquer continue à les attaquer avec la création des nouveaux “Établissements publics des savoirs fondamentaux” (qui entraîne de fait la suppression du statut de chargé-e de direction d’école et l’introduction d’un-e nouveau-elle supérieur-e hiérarchique aux enseignant-e-s des écoles, les principaux-ales ainsi que des fusions d’écoles et fermetures de classes), les cadeaux au privé avec notamment les attaques contre la maternelle etc. SUD éducation revendique le retrait du projet de loi Blanquer.

La mise en œuvre des réformes des lycées général, technologique et professionnel, de la réforme du bac, le démantèlement de l’orientation sont catastrophiques pour les personnels et les élèves. SUD éducation a voté contre toutes ces réformes rétrogrades en Conseil supérieur de l’éducation, et réclame leur abrogation.
Enfin, le statut de la fonction publique est attaqué avec le projet de loi pour la transformation de l’État (augmentation du recours aux personnels contractuels, démantèlement des commissions paritaires de suivi des carrières). De plus le point d’indice continue à être gelé, le jour de carence est rétabli. Un rapport parle d’augmenter le temps de travail. Les retraites sont encore menacées.
Les conditions de vie et de travail se dégradent très fortement. Le Ministre a l’outrecuidance de vouloir empêcher les salarié-e-s de le dénoncer : il tente de nous museler par des menaces. L’article 1 du projet de loi a pour objectif d’intimider les enseignant-e-s. Le ministre ne nous fera pas taire : cela suffit ! Des Assemblées Générales qui ont pu réunir plusieurs centaines de personnes décident de suite : grèves reconductibles, grève le 9 avril, grève à la rentrée des vacances de printemps, actions de blocage, journées école morte, grève des examens, manifestations avec les gilets jaunes etc...

Pour l’abrogation du projet de loi Blanquer, pour la justice sociale et l’amélioration de nos conditions de vie et de travail, l’augmentation des salaires SUD éducation soutient les décisions des Assemblées Générales et appelle à intensifier la mobilisation : c’est toutes et tous ensemble que l’on va gagner. Le mouvement doit gagner en extension, se renforcer et se durcir. Il s’agit de renverser la vapeur, pour une autre école et une autre société… de justice sociale, de coopération et d’égalité plutôt que de compétition, de hiérarchie et de tri social.

Intensifions la mobilisation pour la justice sociale, les services publics, une éducation émancipatrice, contre le projet de loi Blanquer, les réformes antisociales : grèves reconductibles, actions, manifestations… Chacun-e sait que pour l’emporter sur nos revendications, une journée isolée ne suffira pas : face au gouvernement, amplifions le rapport de force et construisons la grève générale.

SUD éducation appelle ainsi à :

• la constitution d’assemblées locales regroupant les personnels et les parents d’élèves des écoles, établissements scolaires pour se coordonner, premier et second degré, organiser des actions en commun afin de construire la grève générale ;

• la constitution d’une coordination nationale ;

• mettre en débat la grève et sa reconduction sur nos lieux de travail, dans toutes les écoles et les établissements, les AG locales ;

• construire d’ores et déjà la grève des examens ;

• avec les Gilets Jaunes, à continuer de lutter pour le partage des richesses, la transition écologique et la transformation sociale.

PDF - 403.6 ko
Tract contre la loi Blanquer
PDF - 323.7 ko
Tract EPSF

PNG - 149.6 ko
PNG - 784.5 ko
PNG - 504.4 ko
PNG - 417.5 ko

Navigation

Articles de la rubrique