Dave-Christian, Denzel-Clinton et Diane Christelle doivent garder leur père auprès d’eux

Fax de la Fédération Sud Education à la préfecture de Nanterre
vendredi 18 mars 2005
mis à jour mardi 30 août 2005

à M. le Préfet des Hauts de Seine
à M. le Ministre de l’Intérieur

Jeudi 17 mars 2005

Dave-Christian, Denzel-Clinton et Diane Christelle
doivent garder leur père auprès d’eux

Une nouvelle fois une décision préfectorale de reconduite à la frontière plonge une famille dans le drame. Rolando Evangelista, ressortissant philippin vit en France depuis neuf ans et deux mois. Sans-papiers, il a été interpellé le 10 mars à la Défense et est, depuis placé en centre de rétention à Vincennes. Il est marié et père de trois enfants. Sa femme et ses enfants Dave-Christian, Denzel-Clinton et Diane Christelle vivent avec lui en France. Les deux plus jeunes sont nés en France et sont scolarisés en maternelle à l’école Lucien Perriot de Drancy, l’aîné est à l’école primaire dans le même établissement.

La mesure de reconduite à la frontière prise à l’encontre de Rolando Evangelista est d’autant plus inacceptable qu’il réside en France depuis de nombreuses années, y a visiblement fait sa vie et qu’à quelques mois près il aurait pu prétendre à la régularisation de sa situation.

Se pose en outre la question du sort de ses enfants. Les autorités envisagent-elles de les rendre quasi orphelins en exilant leur père à l’autre bout du monde... ou préfèreront-elles, comme cela se fait de plus en plus fréquemment, les interner en centre de rétention ? Les termes de l’alternative sont aussi inhumains l’un que l’autre. Nous regrettons devoir constater que les responsables d’un pays qui se veut démocratique et civilisé aient ce genre de pratique.

La Fédération des syndicats SUD Education avec les associations, les enseignants et les parents d’élèves qui constituent le Réseau Education sans Frontières entendent faire savoir que ces pratiques sont à l’exact opposé des valeurs de liberté, de démocratie et de solidarité qu’ils s’efforcent de défendre aux yeux des jeunes dont ils ont la charge comme enseignants ou comme parents. L’éducation que nous entendons donner à nos élèves et à nos enfants ne peut pas être celle de la soumission veule à un ordre injuste. Le comportement des autorités françaises ne nous aide pas.

La Fédération des syndicats SUD Education demande que M. Rolando Evangelista soit libéré et qu’un titre de séjour lui permettant de travailler normalement lui soit délivré afin que ses enfants puissent poursuivre leur scolarité dans le pays dont ils parlent la langue et dont ils seront un jour citoyens.

Pour la fédération,
Stéphanie Parquet-Gogos
Secrétaire fédérale

PDF - 25.7 ko
Fax au format pdf

Navigation

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291