Déclaration au CTPM du premier octobre 2009

jeudi 1er octobre 2009
mis à jour samedi 3 octobre 2009

Monsieur le Ministre

Vous allez probablement nous faire un beau discours à haute teneur lénifiante, nous assurant de l’attachement de votre gouvernement au service public, à l’emploi, à l’expression libre de tous… Bref, des propos dont tout homme ou femme politique pourrait faire emplette au supermarché de la démagogie.

Eh bien, monsieur le ministre, c’est ça que nous craignons : le double langage permanent de ce gouvernement. Lorsqu’il a prétendu défendre le droit d’accueil dans les écoles, tout le monde a bien compris, les parents les premiers, d’ailleurs, qu’il s’agissait de casser le droit de grève. Lorsqu’un ministre de l’époque, appelé depuis à d’autres fonctions, s’était engagé fort et ferme à ce que Gaz de France ne soit pas privatisé, on voit bien ce que ça a donné… et on retrouve le même discours aujourd’hui à propos de la poste.

Dans l’Éducation Nationale, on retrouve cette même provocation. Le gouvernement déclare faire une priorité de l’emploi alors que, pendant le même temps, il détruit des dizaines de milliers d’emplois, se comportant ainsi comme le pire des patrons-voyous.

Sous prétexter d’élever le niveau de formation des enseignants, le gouvernement fait passer la « masterisation ». Ce faisant, bien sûr, il allonge la durée des études, empêchant ainsi les enfants de familles paupérisées par une crise économique grave d’accéder à l’enseignement. Ce faisant, il détruit la formation professionnelle qui ne se fera plus que sur le tas. Ce faisant, cette contre réforme contribuera à grossir les rangs des enseignants précaires qui seront rejoints par tous les titulaires d’un master « enseignement » qui n’auront pas réussi les concours : les places que vous n’aurez pas ouvertes au concours, vous les pourvoirez avec des personnels contractuels qui feront le même travail mais sans les droits ni la rémunération attachés au statut des fonctionnaires.

Quant à l’expression des enseignants, la commission de discipline de Marseille a atteint le sommet du grotesque en sanctionnant à l’aube, (à l’aube : on appréciera la délicatesse du procédé) un collègue qui n’a même pas assuré sa défense jusqu’au bout devant une caricature de justice. Et pourtant, ces résistants à votre conception de l’école défendent, eux, le service public et laïque d’éducation.

C’est pourquoi, Monsieur le ministre, SUD Éducation vous exhorte à revenir sur les décisions des gouvernements précédents, entre autres les suppressions de postes, la masterisation, la répression syndicale, et, si vous ne le faites pas, de grâce, ayez la décence de ne pas utiliser votre jargon libéral. Perpétrez vos forfaits, nous nous y opposerons de toutes nos forces mais reconnaissez que vous vous inscrivez dans un plan concerté de casse de tous les services publics.

Documents joints

Déclaration au CTPM du premier octobre (...)

Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345